Wall Street rattrapée par les doutes sur le dialogue américano-chinois

Wall Street rattrapée par les doutes sur le dialogue américano-chinois
Des traders à Wall Street le 27 août 2018Drew Angerer

Bousculée en cours de séance par des informations sur la volonté du président américain d'imposer de nouvelles sanctions chinoises dès la semaine prochaine, la Bourse de New York a terminé dans le rouge jeudi.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,53% à 25.986,92 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 0,26% à 8.088,36 points.

L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,44% à 2.901,13.

Les indices avaient démarré la séance en légère baisse, les investisseurs marquant une pause après avoir emmené le Nasdaq et le S&P 500 à des records.

Ils avaient ensuite regagné un peu de terrain alors que se poursuivaient à Washington d'intenses négociations entre les Etats-Unis et le Canada sur une nouvelle version du traité de libre-échange nord-américain (Aléna).

Mais la Bourse de New York a soudainement piqué du nez après la parution d'informations sur l'apparent soutien du président américain Donald Trump à des sanctions supplémentaires contre la Chine dès la semaine prochaine.

Selon l'agence Bloomberg, il souhaiterait mettre en oeuvre une nouvelle salve de taxes douanières sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis "dès que se terminera la semaine prochaine la période de consultations publiques" sur ce sujet, le 6 septembre.

"On s'attendait (ce matin) à avoir de bonnes nouvelles du côté du Canada. Malheureusement, le président a réitéré son intention de faire pression sur la Chine", a souligné Art Hogan de B. Riley FBR. "Les investisseurs ont réagi négativement".

Des entreprises sensibles aux tribulations des négociations entre Washington et Pékin en ont fait les frais: Boeing a perdu 0,94%, Caterpillar 1,97% et John Deere 1,83%.

Il n'est toutefois "pas inattendu de voir les investisseurs lâcher un peu de lest après ce qui a été une belle envolée", a remarqué JJ Kinahan de TD Ameritrade. "Et il ne serait pas étonnant que cela continue jusqu'à vendredi soir avec des acteurs du marché qui souhaitent engranger un peu de bénéfices avant un long week-end", lundi étant férié aux Etats-Unis, a-t-il ajouté.

Le marché obligataire se détendait un peu: le taux à dix ans sur la dette américaine évoluait vers 20H15 GMT à 2,862% contre 2,884% à la clôture mercredi, et celui à trente ans à 3,008% contre 3,021% la veille.

Vos commentaires