Wall Street perd de sa vigueur peu après l'ouverture

Wall Street perd de sa vigueur peu après l'ouverture
Trader sur le parquet du New York Stock Exchange le 6 septembre 2018Bryan R. Smith

A découvrir

Après avoir tenté de rebondir franchement en début de séance lundi, la Bourse de New York perdait de sa vigueur et évoluait en ordre dispersé peu après l'ouverture alors que persistent les tensions commerciales et que se profile une salve d'indicateurs.

Vers 14H10 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, grignotait 0,18% à 25.962,78 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, cédait 0,01% à 7.902,04 points.

L'indice élargi S&P 500 prenait 0,27% à 2.879,53 points.

Ebranlés par la crainte d'une régulation accrue du secteur technologique, la progression des salaires américains et le regain de menaces commerciales, les indices de Wall Street avaient fléchi la semaine dernière, le Dow Jones perdant 0,19%, le Nasdaq 2,55% et le S&P 500 1,02%.

"Le Nasdaq a enregistré son pire début de mois de septembre depuis 2008 avec des investisseurs commencant à récupérer un peu de leur argent après une belle progression des indices (cet été) et de nouveaux records pour le S&P500 et le Nasdaq", a souligné Michael Hewson de CMC Markets.

Lundi en début de séance, le marché des actions semblait prêt "à opérer un rebond modeste", a-t-il noté.

Mais les indices ont été rattrapés par la fébrilité des investisseurs face aux incertitudes commerciales, alors que les négociations entre Washington et Ottawa n'ont pas encore abouti et que les discussions avec Pékin ne semblent pas en meilleure posture.

Donald Trump s'est en effet dit prêt vendredi à taxer toutes les importations chinoises.

Le président américain a aussi dans un tweet prévenu que le prix des produits d'Apple pourraient augmenter en raison des tarifs douaniers plus élevés. L'action du géant de l'informatique, qui doit par ailleurs présenter mercredi les nouvelles versions de son iPhone, reculait de 1,67%.

En dépit des taxes à l'importation déjà en place, l'excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis s'est envolé en août au niveau record de 31,05 milliards de dollars selon des chiffres publiés par Pékin samedi.

"Il est difficile d'imaginer face à toutes ces informations que l'économie américaine ne va pas à un certain moment subir un effet sur ses prix au cours des prochains mois", a remarqué M. Hewson. "Mais pour l'instant cela ne semble pas être le cas et les chiffres dévoilés vendredi sur la hausse des salaires américains renforcent la perspective de deux nouvelles hausses de taux d'intérêt d'ici à la fin de l'année", a-t-il ajouté.

- Tesla promet son "meilleur trimestre" -

Les investisseurs se préparaient par ailleurs à la publication d'une série de statistiques sur l'économie américaine, dont l'indice des prix à la consommation jeudi et les ventes au détail vendredi.

Les investisseurs surveilleront aussi jeudi des réunions de la Banque centrale européenne et de la Banque d'Angleterre.

Le marché obligataire se détendait un peu: le taux à dix ans sur la dette américaine reculait à 2,934% contre 2,939% vendredi, et celui à 30 ans à 3,088% contre 3,101% à la précédente clôture.

La séance était aussi marquée lundi par le départ de plusieurs grands dirigeants.

La chaîne américaine CBS (-3,09%) a annoncé dimanche soir le départ "avec effet immédiat" de son PDG Leslie Moonves après de nouvelles accusations d'abus sexuels. Il sera remplacé par son adjoint, le directeur des opérations Joseph Ianniello.

Le multimilliardaire chinois Jack Ma a de son côté indiqué qu'il quitterait dans un an, le 10 septembre 2019, la présidence du conseil d'administration d'Alibaba (-2,36% à New York). Il sera remplacé par Daniel Zhang, l'actuel numéro deux du géant chinois du commerce électronique fondé en 1999.

Snap (-1,69%), la maison mère du réseau social Snapchat, a fait part du départ prochain de son responsable de la stratégie Imran Khan. Cette décision, assure le groupe, "n'est en aucun cas liés à des désaccords sur la comptabilité, la stratégie, la gestion, les activités, les politiques ou les pratiques (financières ou autre)" de l'entreprise.

Tesla regagnait 4,25% après avoir lourdement chuté la semaine dernière. Dans un courriel envoyé vendredi aux salariés de l'entreprise, l'emblématique et controversé PDG de l'entreprise Elon Musk leur a assuré que Tesla allait "connaître le meilleur trimestre de son histoire" avec notamment un doublement du nombre de voitures produites par rapport au trimestre précédent.

  1. NYSE

Vos commentaires