En ce moment
 

Wall Street termine en ordre dispersé, entre pétrole et technologie

Wall Street termine en ordre dispersé, entre pétrole et technologie
Traders sur le parquet du New York Stock Exchange le 19 juin 2018Bryan R. Smith

La Bourse de New York a terminé la semaine sur une note contrastée vendredi, partagée entre la bonne santé du secteur pétrolier et un accès de faiblesse du secteur de la technologie sur fond d'interrogations persistantes quant aux relations commerciales des États-Unis.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,49% à 24.580,89 points, mettant ainsi fin à une série de huit séances consécutives de baisse.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 0,26% à 7.692,82 points.

L'indice élargi S&P 500 a gagné 0,19%, à 2.754,88 points.

Sur la semaine, le Dow Jones a perdu 2,03%, le Nasdaq 0,69% et le S&P 500 0,89%.

Après plusieurs séances chahutées par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires, "le marché se rend compte que les éventuelles mesures de rétorsion arrivent au compte-goutte et que la situation ne s'est pas envenimée", a souligné Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

De même, "alors que les investisseurs redoutaient l'issue du sommet de l'Opep (l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, NDLR), le cartel a convenu vendredi d'une hausse de la production de brut moins importante qu'anticipé", a-t-il ajouté.

Réunis à Vienne, ses membres ont en effet convenu d'une augmentation des extractions de pétrole de 1 million de barils par jour pour le cartel et dix autres pays producteurs, ce qui dans les faits se traduira probablement, selon plusieurs analystes, par une augmentation de l'ordre de seulement 600.000 barils par jour.

Les prix du pétrole à Londres (+3,4%) et New York (+4,6%) ont bondi, entraînant dans leur sillage les actions des grandes entreprises du secteur: Chevron a grimpé de 2,05% et ExxonMobil de 2,12%.

Dans le secteur de la technologie, qui a beaucoup grimpé ces derniers mois, les prévisions de la société Red Hat ont déçu le marché et son titre a chuté de 14,23%.

Même si elle n'est pas forcément très connue, "cette entreprise est emblématique sur son créneau et les sociétés qui lui ressemblent ont pâti de cet avertissement sur résultats", a estimé M. Volokhine.

Le marché obligataire se stabilisait: le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans évoluait vers 20H20 GMT à 2,895% contre 2,897% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,038%, contre 3,044% à la précédente clôture.

Vos commentaires