En ce moment
 
 

Wall Street en légère progression, malgré Amazon

Wall Street en légère progression, malgré Amazon
Wall Street évoluait en ordre dispersé vendredi peu après l'ouverture, digérant les résultats décevants d'Amazon au troisième trimestre, publiés la veille après la clôture, et ceux d'autres entreprisJohannes EISELE

A découvrir

Wall Street progressait légèrement vendredi peu après l'ouverture, les résultats décevants d'Amazon au troisième trimestre, publiés la veille après la clôture, étant contrebalancés par ceux plus rassurants d'autres entreprises cotées sur la place new-yorkaise.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,29%, à 26.883,64 points vers 14H20 GMT.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, grappillait 0,06%, à 8.190,36 points, et l'indice élargi S&P 500 grignotait 0,07%, à 3.012,26 points.

La Bourse new-yorkaise avait clôturé sans direction mercredi, à l'issue d'une séance marquée par une avalanche de résultats trimestriels: le Dow Jones avait cédé 0,11% tandis que le Nasdaq s'était apprécié de 0,81%.

Le géant californien Amazon a vu son troisième trimestre plombé par le coût exorbitant de son service de livraison en 24 heures, qui a fait fortement chuter son bénéfice net. Le groupe de Jeff Bezos a aussi abaissé ses objectifs financiers au dernier trimestre 2019 et voyait son action perdre 3,25%.

Parmi les autres entreprises à faire état de leurs résultats, la biotech américaine Gilead Sciences a accusé jeudi une lourde perte trimestrielle à cause d'une charge liée à un partenariat stratégique avec un spécialiste de l'arthrite rhumatoïde et de la maladie de Crohn chez les hommes. Son titre baissait de 5,21%.

Verizon baissait de 0,29% après avoir pourtant annoncé vendredi plus d'un demi-million de nouveaux abonnés au mobile.

Intel grimpait de 7,02% grâce à un bénéfice et un chiffre d'affaires supérieurs aux attentes des analystes au troisième trimestre.

Visa, qui a aussi fait mieux que prévu, montait de 1,00%.

- Une femme numéro 2 de Citigroup -

Près de 40% des entreprises du S&P 500 ont déjà fait part de leur bulletin de santé trimestriel.

Le groupe de médias et de télécommunications AT&T et Alphabet, la maison mère de Google, font partie des groupes qui se plieront à cet exercice en début de semaine prochaine.

Pour Patrick O'Hare de Briefing, le marché a profité cette semaine "de résultats meilleurs que prévu ou moins pire qu'anticipé pour avancer de deux pas."

"En même temps, il a reculé d'un pas et demi en raison de résultats décevants et a calé à cause de questions en suspens comme le Brexit et les relations commerciales sino-américaines", ajoute l'expert.

La semaine prochaine, la cote new-yorkaise devrait être rythmée par une réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale et par le rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis.

La Fed pourrait décider d'abaisser ses taux directeurs, pour la troisième fois cette année, afin de soutenir l'économie américaine face au ralentissement de la croissance mondiale.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en légère progression à 1,768% contre 1,766% la veille à la clôture.

Parmi les autres valeurs, Facebook reculait de 0,04%. Le réseau social a annoncé vendredi le lancement d'un fil d'actualités, en partenariat avec plusieurs dizaines d'organes de presse, dont le Wall Street Journal, le Washington Post ou encore les chaînes ABC et Fox News.

Citigroup progressait de 0,62%. La banque a nommé jeudi soir au poste de numéro 2 Jane Fraser, qui pourrait à terme devenir la première femme à diriger une grande firme de Wall Street.

General Motors s'appréciait de 1,03%. Les adhérents du puissant syndicat UAW étaient en passe vendredi d'approuver l'accord préliminaire négocié au forceps avec le constructeur automobile, ce qui mettrait fin à la grève qui paralyse les usines américaines du constructeur automobile depuis le 16 septembre.

  1. Nasdaq

Vos commentaires