En ce moment
 

Wall Street, aidée par Nike et l'énergie, termine en hausse

Wall Street, aidée par Nike et l'énergie, termine en hausse
La Bourse de New York soutenue à l'ouverture par les banques et NikeDrew Angerer

A découvrir

Wall Street a terminé la semaine sur une note positive vendredi, entraînée en cette fin de trimestre par l'envolée de l'action Nike et la bonne santé du secteur de l'énergie sur fond de tensions commerciales persistantes.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a progressé de 0,23% à 24.271,41 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, a gagné 0,09% à 7.510,30 points.

L'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 0,08% à 2.718,37 points.

"C'est le dernier jour du trimestre et, comme c'est souvent le cas, l'argent a déferlé sur le marché en début de séance" avec des investisseurs avides d'ajuster leurs positions avant la clôture de leurs comptes pour la période, a remarqué JJ Kinahan de TD Ameritrade.

Les indices ont ensuite perdu de leur vigueur à l'approche de la fin de séance.

Membre du Dow Jones, l'action Nike a cependant conservé jusqu'au bout toute son énergie, finissant en hausse de 11,13% à la faveur de résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

Les valeurs du secteur de l'énergie ont aussi soutenu les échanges, le sous-indice les représentant au sein de S&P 500 (+0,65%) affichant la plus forte performance.

Le secteur bancaire, qui s'affichait en nette hausse en début de séance après les résultats globalement positifs de tests de résistance annuels menés par la banque centrale américaine, a lui perdu de la vigueur au fur et à mesure de la journée (-0,13%).

Les géants du secteur ayant passé avec succès cet examen ont terminé en ordre dispersé: JPMorgan Chase a perdu 0,70% et Bank of America 1,67% tandis que Citigroup a gagné 0,06% et Wells Fargo 3,37%.

Les trois établissements n'ayant reçu qu'un feu vert conditionnel à leurs plans de distribution de liquidités ont fini dans le rouge: Goldman Sachs a cédé 1,28%, Morgan Stanley 1,84% et State Street Corporation 0,80%.

- GM met en garde -

Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires ont par ailleurs continué à planer sur les marchés.

General Motors (GM) a ainsi prévenu officiellement l'administration que les taxes douanières sur le secteur automobile envisagées par la Maison Blanche pourraient conduire le groupe à supprimer des emplois et à augmenter les prix de ses véhicules.

Le Canada a aussi détaillé vendredi l'imposition de droits de douane sur 16,6 milliards de dollars canadiens (12,6 milliards de dollars) de produits américains en réponse aux taxes sur l'acier et l'aluminium canadiens imposées par Washington.

Cette dernière annonce a eu un impact limité à la Bourse de New York "car elle était plus ou moins attendue" selon JJ Kinahan.

Mais "il faut s'attendre à ce que la volatilité reste élevée (...) puisque une grande partie des négociations semblent se faire via les médias ou Twitter", a-t-il souligné.

Secoués par tous les rebondissements sur le sujet, les indices s'affichent d'ailleurs en baisse sur la semaine: le Dow Jones a enregistré une perte hebdomadaire de 1,26%, le Nasdaq de 2,37% et le S&P 500 de 1,33%.

Les indicateurs du jour étaient en demi-teinte.

Selon l'indice des prix basé sur les dépenses de consommation, l'inflation sur un an en mai aux Etats-Unis a atteint un sommet en six ans à 2,3%.

Les revenus des ménages aux Etats-Unis ont par ailleurs augmenté en mai davantage que leurs dépenses, qui ont été décevantes.

"De façon générale, ces données signalent un rebond solide de la croissance des dépenses des consommateurs au 2e trimestre mais une tendance au ralentissement à l'approche du second semestre", ont noté les analystes de Oxford Economics.

Le marché obligataire reculait: le rendement sur la dette américaine à 10 ans montait vers 20H30 GMT à 2,857% contre 2,837% jeudi soir, et celui à 30 ans à 2,989% contre 2,966% à la précédente clôture.

  1. NYSE

Vos commentaires