En ce moment
 
 

Wall Street, surveillant la Fed, hésite sur la direction à suivre

Wall Street, surveillant la Fed, hésite sur la direction à suivre
Un courtier sur le parquet du New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street, où les indices reculaient légèrement mardiJohannes EISELE

Wall Street évoluait en ordre dispersé en début de séance mardi après avoir porté la veille l'indice S&P 500 à un niveau inédit, les investisseurs digérant une nouvelle salve de résultats d'entreprises, dont ceux décevants d'Alphabet, et attendant une réunion de la Fed.

Vers 14H15 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, grappillait 0,01%, à 27.093,46 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 0,35% à 8.297,16 points tandis que l'indice élargi S&P 500 prenait 0,03%, à 3.040,40 points.

Lundi, au début d'une semaine riche en événements économiques entre la rencontre des responsables de la Banque centrale américaine mardi et mercredi et une abondance de chiffres trimestriels et d'indicateurs: le Dow Jones s'était apprécié de 0,49%, le Nasdaq de 1,01% et le S&P 500 de 0,56% pour finir à un record.

Les acteurs du marché s'attendent de façon quasi-unanime à ce que la Fed annonce mercredi une légère baisse de son taux au jour le jour, la troisième en trois mois, afin de soutenir l'activité affaiblie par la guerre commerciale entre Washington et Pékin.

"Même si la décision ne sera pas accompagnée de nouvelles projections économiques et qu'on a pu constater quelques progrès sur le front du conflit commercial sino-américain, le Comité de politique monétaire de la Fed devrait réduire d'un quart de point de pourcentage (0,25%) son taux au jour le jour", estiment les analystes de Charles Schwab.

"La conférence de presse que (donnera le président de la Fed, Jerome Powell) à l'issue de cette décision devrait faire l'objet d'un examen approfondi, les marchés cherchant à déterminer si une autre réduction est prévue pour cette année", ajoutent-ils.

En attendant, les investisseurs se concentraient sur la diffusion des résultats de plusieurs grands noms de la cote comme la maison mère de Google, Alphabet.

Son titre reculait de 2,06% alors que le groupe a vu son bénéfice net chuter d'un quart au troisième trimestre, bien en deçà des attentes du marché, notamment en raison du règlement d'un contentieux en France et d'investissements très importants.

- Auditions cruciales pour Boeing -

General Motors (+5,08%) a de son côté affiché mardi des résultats bien meilleurs que prévu. Le constructeur a toutefois prévenu que la grève historique, qui a paralysé sa production pendant presque cinq semaines, aurait un impact négatif sur l'ensemble de l'exercice.

Comme Toyota et Fiat Chrysler (-0,72% à New York), le groupe a aussi annoncé lundi soir se ranger aux côtés du président Donald Trump pour faire barrage à la Californie qui veut établir ses propres normes en matière de pollution automobile.

Le laboratoire pharmaceutique Pfizer montait de 3,00% après avoir fait part d'un bénéfice net et de ventes meilleures que prévu et avoir indiqué pouvoir faire encore mieux pour l'ensemble de l'année.

Son concurrent Merck (+2,27%) a pour sa part enregistré un bond de près de 15% de ses ventes au troisième trimestre, tirées par la flambée des recettes générées par le Keytruda, son médicament vedette pour le traitement de différents types de cancer.

Boeing s'appréciait de 0,17% alors que son patron, Dennis Muilenburg, passe, mardi et mercredi au Congrès américain, un oral crucial à la fois pour son avenir à la tête de l'avionneur et pour regagner la confiance du grand public après deux crashs du 737 MAX ayant fait 346 morts.

La start-up proposant des alternatives à la viande Beyond Meat chutait de 17,51% après avoir pourtant fait part de son premier profit depuis son arrivée à Wall Street.

Le service de livraison de repas à domicile Grubhub s'effondrait de 40,40% après avoir fait part de résultats et prévisions inférieurs aux attentes du marché.

Sur le marché obligataire, le rendement sur le taux à 10 ans sur la dette américaine montait légèrement, à 1,844% contre 1,842% lundi à la clôture.

Vos commentaires