En ce moment
 

Wall Street, surveillant la montée des taux, ouvre en baisse

Wall Street, surveillant la montée des taux, ouvre en baisse
La Bourse de New York recule à l'ouvertureSPENCER PLATT

A découvrir

La Bourse de New York reculait à l'ouverture jeudi, ébranlée par la soudaine montée des taux d'emprunt sur le marché obligataire.

Vers 14H00 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,49%, à 26.697,78 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 0,87%, à 7.955,01 points.

L'indice élargi S&P 500 cédait 0,44%, à 2.912,53 points.

Dopée par des indicateurs reflétant une économie américaine solide, Wall Street avait terminé dans le vert mercredi, poussant le Dow Jones (+0,20%) à un nouveau record et faisant grimper le Nasdaq de 0,32%.

Les indices avaient toutefois nettement ralenti en toute fin de séance et "ce soudain retournement, associé à une certaine fébrilité naissante face aux taux d'intérêt, sont de nature à tempérer l'enthousiasme des investisseurs", a estimé Patrick O'Hare de Briefing.

Le taux d'emprunt sur la dette à 10 ans des États-Unis, qui avait déjà fortement grimpé mercredi, continuait à monter jeudi et évoluait à l'ouverture à 3,184%, un niveau plus vu depuis 2011. Celui sur la dette à 30 ans évoluait de son côté à 3,342%, son plus haut depuis 2014.

Cette progression accompagne logiquement la remontée en cours des taux d'intérêt décidée par la Banque centrale américaine (Fed) au vue de la bonne santé de l'économie des Etats-Unis.

Le dernier indicateur en date en est une illustration: les demandes d'allocations chômage se sont inscrites en forte baisse dans le pays pour la semaine close le 29 septembre.

Mais certains s'inquiètent de voir le marché obligataire se tendre aussi soudainement.

La montée des taux d'intérêt tend à augmenter les coûts d'emprunt aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers ou les investisseurs, et peut ainsi potentiellement freiner la croissance.

Elle tend également à rendre plus attractifs les placements sur le marché obligataire, au détriment du marché des actions.

- Barnes and Noble bientôt vendu ? -

Les banques, qui profitent en général de la remontée des taux, montaient toutefois nettement jeudi: JPMorgan Chase gagnait 1,90%, Citigroup 1,45% et Wells Fargo 1,92%.

Les acteurs du marché ont aussi été troublés par des commentaires du président de la Fed Jerome Powell qui, dans un entretien mercredi, a estimé que la Banque centrale était "encore très loin" du taux "neutre" auquel elle aspire, celui qui favorise la croissance sans nourrir de hausse des prix. Une façon de suggérer qu'il faut anticiper plusieurs remontées de taux dans les mois à venir.

"Après la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Fed, le marché savait que l'institution avait l'intention de remonter les taux. Cependant, le fait que le président de la Fed émette maintenant cette brusque piqûre de rappel, alors même que les taux se sont déjà bien tendus, est notable", a relevé M. O'Hare.

Parmi les autres valeurs du jour, la chaîne de librairie Barnes and Noble bondissait de 26,56% après avoir indiqué qu'elle faisait l'objet de plusieurs offres de rachat dont l'une de la part du président de son conseil d'administration.

Les sociétés spécialisées dans les logiciels pour gestion de données, Hortonworks et Cloudera, s'envolaient de respectivement 16,28% et 15,88% après l'annonce de leur fusion en une entreprise valant 5,2 milliards de dollars.

Hewlett-Packard, qui a dévoilé des prévisions de bénéfices par action pour l'année supérieures aux attentes, gagnait 3,34%.

  1. NYSE

Vos commentaires