En ce moment
 

Wall Street termine près de l'équilibre, l'effet iranien s'estompe

Wall Street termine près de l'équilibre, l'effet iranien s'estompe
A Wall Street, le 8 mai 2018Bryan R. Smith

A découvrir

Wall Street a terminé la séance tout près de l'équilibre mardi, les marchés réagissant peu à l'annonce attendue de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord nucléaire iranien.

Selon les résultats définitifs à la clôture, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,01% à 24.360,21 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 0,02% à 7.266,90 points.

L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,03% à 2.671,92 points.

Donald Trump a annoncé mardi le retrait total des Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien, optant pour une option dure ouvertement regrettée par ses alliés européens et dénoncée avec force par Téhéran.

Cette décision, plutôt attendue par les marchés, a un effet "déstabilisant" pour les indices tout au long de la séance a réagi Phil Davis de PSW Investments, étant donné "les risques régionaux qu'elle implique".

Mais Wall Street s'est finalement reprise dans les toutes dernières minutes d'échanges.

"Le plus curieux dans cette histoire est la progression des valeurs du secteur de l'énergie alors que le pétrole a fortement baissé", a indiqué Maris Ogg de Tower Bridge Advisors.

Regroupées au sein d'un sous-indice du S&P 500, celles-ci ont avancé de 0,78%, le pétrole coté à New York ayant de son côté reculé de 1,67 dollar.

- Hertz plonge -

"Les marchés se sont peut être habitués à ne plus écouter les premières décisions (de M. Trump) sur un sujet et se disent sans doute que cela fait partie d'une stratégie de négociation, a estimé Mme Ogg.

La spécialiste rappelle la position très dure du président américain au début des discussions sur la Corée du Nord, avant que le milliardaire ne s'assagisse.

Ce dernier a affirmé mardi que le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo était en voyage en Corée du Nord pour préparer la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong Un.

Le marché obligataire se tendait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,974%, contre 2,950% lundi soir, et celui à 30 ans évoluait à 3,128%, contre 3,123% à la précédente clôture.

Parmi les valeurs du jour, deux des plus grosses entreprises américaines concernées par le retour des sanctions contre l'Iran ont évolué en ordre dispersé: Boeing a perdu 0,61% à 338,37 dollars et General Electric a pris 1,42% à 14,27 dollars.

Le groupe de location de véhicules Hertz a plongé de 18,73% à 18,01 dollars après la publication de résultats trimestriels ayant fait état d'une perte plus élevée que prévu.

Le câblo-opérateur Comcast (-5,56% à 30,59 dollars) chercherait selon des informations de presse à réunir 60 milliards de dollars en vue de réaliser une offre concurrente à Walt Disney (-0,67% à 101,79 dollars) sur l'acquisition d'une grande partie des actifs de Twenty First Century Fox (-0,13% à 37,99 dollars), l'empire de Rupert Murdoch.

Snap a pris 2,14% à 10,97 dollars alors que le réseau social a annoncé le remplacement de son directeur financier Andrew Vollero par Tim Stone, un cadre d'Amazon.

  1. Nyse
  2. Nasdaq

Vos commentaires