En ce moment
 
 

Willy Borsus est fermement opposé à la suppression de lignes en Wallonie

Willy Borsus est fermement opposé à la suppression de lignes en Wallonie

(Belga) Le ministre-président de la Wallonie, Willy Borsus, a affirmé dimanche son "opposition totale et définitive" à toute fermeture de lignes ferroviaires.

De petites lignes ferroviaires devront fermer et les investissements dans le port d'Anvers seront mis en péril si Infrabel ne reçoit pas de toute urgence une dotation supplémentaire, met en garde l'entreprise dans une note interne que L'Echo et De Tijd ont consultée et dont ils ont fait état samedi. Pour Willy Borsus, aucune ligne ferroviaire ne peut légalement être fermée. "Comme il l'a rappelé samedi, le ministre de la Mobilité François Bellot, a veillé à sceller dans la loi le maintien de l'intégralité du réseau ferroviaire. On y retrouve ainsi la mention de l'engagement des parties 'à assurer le maintien de l'ensemble du réseau en particulier pour les lignes à faible densité de population sans qu'aucun kilomètre de lignes ferrées nécessaires au trafic ne soit supprimé'", a souligné dimanche le ministre-président wallon. Willy Borsus a par ailleurs souligné que cette loi comprend également des investissements supplémentaires dans des projets stratégiques à savoir le RER côté wallon et quelques projets d'extension, comme celui d'Athus Mont St Martin (qui va ouvrir les portes de la France et du bassin méditerranéen au terminal containers d'Athus) ou de la gare de Fleurus (pour renforcer l'accès à l'aéroport). Il a également tenu à rappeler que le gouvernement wallon venait de développer sa Stratégie Régionale de Mobilité et son Plan Mobilité et Infrastructures 2019-2014. Ceux-ci consacrent une partie importante aux transports en commun, à l'intermodalité et à la mobilité douce. "L'avenir consiste à investir dans l'offre de transports en commun (offre ferroviaire, bus...) et à l'articuler de façon efficace avec les autres moyens de déplacement. L'enjeu de la mobilité est un enjeu capital. Chacun sait que cela nécessitera des investissements à l'avenir, au fédéral comme en Wallonie", a conclu Willy Borsus. (Belga)

Vos commentaires