En ce moment
 
 

XV de France: un "conseil des joueurs" formalisé

XV de France: un
Le capitaine du XV de France Guilhem Guirado à l'entraînement à Twickenham le 9 février 2019ADRIAN DENNIS

Le XV de France a institué dans la foulée de sa déroute en Angleterre (44-8) un "conseil des joueurs" chargé d'épauler le capitaine Guilhem Guirado et de servir de "passerelle" avec l'encadrement, ont expliqué les joueurs mardi.

Yoann Huget, Louis Picamoles, Mathieu Bastareaud, Morgan Parra, Romain Ntamack, Félix Lambey, Gaël Fickou et Jefferson Poirot, selon ce dernier, forment ce conseil chargé de "faire des retours sur chaque entraînement avec un groupe multi-générationnel", a notamment expliqué Yoann Huget.

Pour composer ce groupe, Guirado "a soufflé des noms" au sélectionneur Jacques Brunel, qui a insisté pour qu'il y ait "un joueur de chaque génération", a expliqué Poirot.

Ce groupe de leaders existe depuis les tests de novembre mais a été formalisé ces derniers jours, avec des échanges quasi-quotidiens. "On essaye d'échanger plus souvent qu'auparavant, généralement en fin de journée" après l'entraînement, a expliqué Bastareaud.

Cette nouvelle organisation verticale doit permettre aux nombreux néo-internationaux français de trouver plus facilement quelqu'un à qui s'adresser, selon Huget. "Ce n'est pas évident pour un jeune joueur d'aller voir le capitaine. Le fait d'avoir plusieurs joueurs dans ce groupe permet d'aller parler plus librement", estime le Toulousain.

Il s'agit aussi d'épauler Guirado, capitaine d'un XV de France dans la tempête, qui peine à se relever depuis 2016. "Guilhem avait besoin de plus de soutien de notre part. La responsabilité de capitaine n'est pas facile, surtout en équipe de France. On le seconde et on l'aide pour qu'il se concentre plus sur le jeu", a ajouté Bastareaud.

Battus à domicile par les Gallois (24-19) et humiliés à Twickenham (44-8), les Bleus, qui totalisent 10 défaites en 13 rencontres depuis que Brunel a remplacé Guy Novès fin 2017, sont dos au mur avant de recevoir samedi l'Ecosse au Stade de France.

Vos commentaires