En ce moment
 
 

"Je sais qu'il l'a fait": le meilleur ami de Christian Brueckner livre un sombre portrait du principal suspect de l'affaire Maddie McCann

(c)BELGA
 
maddie
 

Ce lundi matin, dans les tabloïds britanniques, Michael Tatschl, un menuisier autrichien, livre son témoignage. Il se présente comme étant le meilleur ami de Christian Brueckner, le suspect principal dans l'affaire de la disparition de Maddie McCann et donne son opinion sur l'enquête. Christian et Michael ont purgé huit mois de prison ensemble en 2006 après avoir été surpris en train de voler 320 litres de diesel dans des camions au Portugal. 

Tous deux ont été libérés en décembre 2006 - cinq mois avant que la petite Madeleine, âgée de trois ans ne disparaisse de l'appartement de vacances loué par ses parents à Praia da Luz. Les deux ex détenus ont ensuite vécu en colocation dans une ferme délabrée située près de la station balnéaire portugaise de Praia da Luz.

Michael Tatschl décrit son ancien colocataire comme un pervers qui était "capable de faits encore plus atroces que de kidnapper un enfant".
Il se souvient que son ami se vantait de gagner de l'argent en trafiquant de la drogue et en cambriolant des appartements, et a évoqué plusieurs fois "vendre des enfants au Maroc".

Dans un documentaire de Netflix, il reconnaît son ami

Michael Tatschl est convaincu de l'implication de son ami, et ce, après avoir regardé un documentaire Netflix en huit parties sur l'affaire McCann.

Dans un épisode, une touriste décrit comment un homme qui correspondait à la description de Christian Brueckner a commencé à agir étrangement autour de son enfant à Praia da Luz dans les jours précédant la disparition de Madeleine. "L'homme s'est présenté à sa porte... Son enfant jouait, je savais que c'était Christian à coup sûr. Après la touriste, a décrit le suspect comme un gars effrayant avec de l'acné et des cheveux blonds, ce qui correspond exactement à sa description", se souvient l'homme.

Pourtant, après avoir regardé ce documentaire, le menuisier n'appelle pas les autorités "en raison de son aversion pour la police et de son passé criminel", justifie-t-il au Daily Mail.

Devenu père lui-même, Michael, 46 ans, est désormais rentré dans son pays d'origine. L'année dernière, dans un commissariat de police de la ville de Graz, située dans le sud de l'Autriche, quatre détectives le passent au gril pendant deux jours au sujet de la disparition de Madeleine. 

Michael Tatschl, 46 ans, se souvient: "Les détectives ont été très clairs avec moi dès la première minute. Ils m'ont dit: "Nous enquêtons sur Maddie McCann et Christian Brueckner", et je leur ai dit que je savais pourquoi ils étaient ici. J'étais convaincu que c'était lui. Je sais qu'il l'a fait. Je vivais avec lui à l'époque. Il était mon meilleur ami et il était pour moi un pervers, capable de bien plus qu'un simple kidnapping."

Après cet interrogatoire de 14 heures, l'Autrichien pensait que Brueckner allait être arrêté de suite. Ce qui n'a pas été le cas. "Je ne peux pas croire que la police portugaise n'a pas passé au peigne fin l'ancienne ferme dans laquelle on a vécu."

"Il aimait se vanter des délits et crimes qu'il avait commis"

De leur passé commun au Portugal, Michael décrit son ami, comme quelqu'un à "la personnalité étrange qui aimait se vanter des délits et crimes qu'il avait commis". Il visait les touristes fortunés; et amassait de le grosses sommes d'argent, des passeports, des bijoux et des montres, qu'il cachait dans la toiture de sa maison.

En prison, il a demandé à un ami d'aller chercher son butin, de peur que la police ne tombe dessus. Cet ami a trouvé parmi les objets, une vidéo de Christian en train de violer une dame âgée.

"Je l'ai dit à la police. Christian est malade. Il était tout le temps sur le Dark Web. Je ne sais pas exactement ce qu'il y faisait mais cela impliquait des drogues et de la pornographie. Il a évoqué plusieurs fois un trafic d'enfants au Maroc."

Quelques semaines après la disparition de Madeleine, Christian Brueckner s'est rendu en Espagne, à Orgiva en Andalousie où était Michael. "Fin mai, il est arrivé avec son grand camping-car. Il savait que j'avais un réseau dans la marijuana et voulait se faire de l'argent. Je savais qu'il était un pervers, mais pas un pédophile", assure l'Autrichien.

 




 

Vos commentaires