En ce moment
 

"Nous travaillons! " lancent les Roms tchèques au président Zeman

Internet

(Belga) Scandalisés par les récents propos controversés du président Milos Zeman les accusant indirectement de rechigner au labeur, les Roms tchèques ont décidé d'"inonder Facebook" par des photos les montrant au travail, a-t-on appris mercredi dans les médias sociaux.

"Cela ne nous amuse plus d'écouter ceux qui affirment que nous ne travaillons pas. OK, nous allons donc inonder FB par nos photos au travail", a écrit mardi sur sa page Facebook l'auteur de l'initiative, le Rom Stefan Pongo. Quelques heures plus tard, il s'est déjà félicité d'avoir reçu un premier millier de photos, de la part de Roms exerçant différents métiers en République tchèque ainsi qu'en Grande-Bretagne, en Irlande et en Allemagne. M. Zeman a affirmé la semaine dernière à Kojetin, commune aux environs d'Olomouc (est), que la majorité des chômeurs dans cette région étaient des Roms. Il a ensuite regretté l'époque totalitaire révolue: "Sous le communisme, les Roms étaient obligés de travailler. Ils travaillaient dans la plupart des cas comme terrassiers. Ceux qui ont refusé de travailler ont été qualifiés de personnes à qui le travail répugne et ont été mis en prison", a déclaré le chef de l'Etat, connu pour ses propos controversés. L'initiative de Stefan Pongo a été aussitôt reprise par Romea, l'ONG tchèque de défense des droits des Roms, qui a publié mercredi sur son site www.romea.cz un collage composé de ces photos. "Les Roms font savoir au président Zeman: nous travaillons, cessez de nous offenser", lit-on sur ce site. M. Zeman a été critiqué aussi par le Centre européen pour les droits des Roms (CEDR), qui a épinglé lundi son "discours de haine envers les citoyens roms de son pays". La communauté rom en République tchèque, pays de 10,6 millions d'habitants, est estimée à 250.000 ou 300.000 personnes. Dans un rapport publié cette année, Amnesty International a critiqué les autorités tchèques pour discrimination contre les Roms concernant l'accès aux allocations logement et à l'éducation. (Belga)

Vos commentaires