En ce moment
 

"Vade retro": passe d'armes entre l'Eglise italienne et Salvini

Italie

(Belga) "Vade retro Salvini", lance cette semaine la Une de l'hebdomadaire catholique italien "Famiglia Cristiana", résumant sur un ton polémique le sentiment de l'Eglise face au discours hostile aux migrants du ministre de l'Intérieur, qui a vivement réagi.

"La conférence des évêques, les évêques individuellement, les initiatives des religieux: l'Eglise réagit au ton agressif du ministre de l'Intérieur. "Rien de personnel ou d'idéologique, il s'agit de l'Evangile", explique le magazine sur sa "une". Une couverture que l'intéressé, le chef de file de l'extrême droite italienne qui brandit régulièrement un rosaire ou la Bible lorsqu'il est en campagne, s'est empressé de dénoncer sur les réseaux sociaux. "Famiglia Cristiana me traite carrément de Satan. Je ne prétends pas donner de leçons à quiconque, je suis le dernier des bons chrétiens, mais je ne pense pas mériter ça", a-t-il écrit. "Je suis conforté par le fait que je reçoive quotidiennement le soutien de tant d'hommes d'Eglise", a-t-il ajouté. Pourtant, si le ministre jouit effectivement de nombreux soutiens et d'un taux de popularité approchant les 50%, les rares voix dissonantes face à sa fermeté à l'égard des migrants sont souvent catholiques. Il y a deux semaines, des prêtres et des religieuses avaient manifesté devant la Chambre des députés contre la fermeture des ports aux bateaux ayant secouru des migrants. La semaine dernière, la Conférence des évêques d'Italie a diffusé un communiqué au vitriol sur les tragédies en mer: "Nous n'avons pas la prétention d'offrir des solutions bon marché. Mais (...) nous prévenons sans équivoque que pour sauver notre humanité de la vulgarité et de la barbarie, nous devons protéger la vie. Chaque vie". Et dimanche, le pape François a lui aussi évoqué les récents naufrages au large de la Libye et lancé un nouvel appel à la communauté internationale à "garantir la sécurité, le respect des droits et la dignité de tous". En réaction, M. Salvini a cité l'article 2241 du catéchisme de l'Eglise catholique, dans lequel il est écrit que "les nations mieux pourvues sont tenues d'accueillir AUTANT QUE FAIRE SE PEUT l'étranger en quête de la sécurité et des ressources vitales qu'il ne peut trouver dans son pays d'origine". (Belga)

Vos commentaires