En ce moment
 

A 3.500 euros la nuit, les fans de foot craignent de rater la finale de la C1 à Kiev

A 3.500 euros la nuit, les fans de foot craignent de rater la finale de la C1 à Kiev
Cliché d'une grosse affiche, le 10 mai 2018, annonçant la tenue de la finale de la Ligue des champions à KievSergei SUPINSKY

De modestes chambres d'hôtel proposées à 3.500 euros la nuit, des réservations annulées... La colère gronde chez les fans de Liverpool et du Real Madrid, qui craignent de ne pouvoir se rendre à Kiev pour la finale de la Ligue des champions.

La capitale ukrainienne est devenue depuis quelques jours la cible commune des supporters des deux clubs, depuis que les prix pratiqués par ses hôtels pour la grand-messe du foot européen le 26 mai ont atteint cent fois les tarifs habituels.

A tel point que le fan club de Liverpool a émis sur Facebook un guide de survie pour cette soirée, avec une nuit suggérée par exemple dans la ville polonaise de Wroclaw, à quelque 12 heures de route de Kiev.

"On s'attend à ce que la meilleure option pour les fans qui voyageront sera de prendre des vols qui arrivent et repartent le même jour" de la capitale ukrainienne, a d'ailleurs confirmé l'UEFA dans un communiqué à l'AFP. Traduction: ne dormez pas à Kiev!

Car les prix affichés, même chez les plus modestes pensions, prennent un air irréel.

A l'instar de l'hôtel Harmony on Andreew descent qui propose une chambre équipée d'un lit double et d'une petite télé reposant sur le rebord de la fenêtre pour 3.534 euros le 26 mai, au lieu des 26 euros habituels. Consolation: pour deux euros supplémentaires, le petit-déjeuner sera compris.

La douche froide n'a pas même épargné les plus prévoyants, qui avaient réservé bien à l'avance. Nombre de nuitées ont été annulées sans explication, provocant l'ire de fans qui se retrouvent sans solution à deux semaines de la finale.

- Virus et pénurie d'eau -

"Réservé mon hôtel pour Kiev des mois à l'avance", s'est ainsi plaint un fan de Liverpool sur Twitter. "Maintenant @bookingcom a décidé qu'il allait l'annuler sans frais pour moi, pour que je puisse le re-réserver à 15.000!"

Les prix sont fixés par les hôtels eux-mêmes, répond un porte-parole du site de réservation en ligne, se disant toutefois prêt à défendre les intérêts de ses clients dont les nuits ont été annulées.

Car ce cas n'est pas isolé. Le quotidien sportif espagnol Marca s'est également fait l'écho de mésaventures similaires chez des supporters du Real. L'un d'eux a reçu, en guise de justification, ce message: "Nous n'aurons pas d'électricité ni d'eau courante pour les dates indiquées".

Un autre établissement a invoqué un "virus" informatique responsable d'avoir mis en ligne des chambres bon marché.

Alertées, les autorités de Kiev ont transmis le dossier à la commission anti-monopole, qui a assuré mardi avoir commencé à "surveiller les prix sur le marché des hôtels". Depuis, cette commission est restée silencieuse.

La situation a toutefois généré une vague de solidarité chez les Ukrainiens qui, sur une page Facebook, proposent de loger gracieusement les amoureux du ballon rond venus voir le match.

Victor Kylymar, le créateur de cette page qui comptait samedi près de 5.000 membres, a expliqué au journal Liverpool Echo qu'il n'était pas lui-même un fan de foot mais qu'il a ressenti "l'obligation" d'aider les personnes en difficulté.

"Ceci est un événement commun à toute l'Europe", a-t-il expliqué. "Et s'en servir pour faire du profit n'est pas la meilleure idée."

Ce ne sont pas les fans de Liverpool et du Real Madrid qui vont le contredire.

Vos commentaires