En ce moment
 

Accord UE-Mercosur: la confiance reste de mise

(Belga) Sud-Américains et Européens ont souligné mardi à Buenos Aires leur foi dans un accord prochain dans les pourparlers en vue d'un traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur.

En marge du G20 des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales, le ministre argentin des Finances Nicolas Dujovne a dit suivre "avec beaucoup d'optimisme l'avancée des négociations". Un round de négociations, entamé le 19 février à Asuncion, devrait se terminer cette semaine dans la capitale du Paraguay, qui assume jusqu'au 30 juin la présidence tournante du Marché commun du sud (Mercosur). "Nous réaffirmons notre point de vue optimiste, quant à la possibilité d'un accord, nous travaillons pour cela", a déclaré le ministre argentin lors de la conférence de presse de clôture du G20 Finances. Après avoir évoqué lundi un "blocage", un terme qu'Européens et Sud-Américains prenaient soin de ne pas prononcer, le ministre français des Finances Bruno Le Maire préférait mardi évoquer des "difficultés" et des "points sensibles" et s'est dit "confiant". "Nous voulons parvenir à un accord, mais nous rencontrons des difficultés, il y a des questions sensibles, pour le gouvernement français c'est l'agriculture". "Je préfère prendre le temps, pour signer un bon accord, plutôt que d'aller trop vite et prendre le risque d'un accord pas aussi satisfaisant qu'il devrait l'être", a-t-il déclaré. Avant M. Le Maire, le ministre espagnol de l'Economie Roman Escolano s'était voulu rassurant."Les négociations continuent d'avancer. Nous avons une perspective importante, de lever les derniers obstacles qui peuvent exister", a-t-il dit. "Il y a une volonté des deux côtés de parvenir à un accord. De la part de l'Espagne, il y a une volonté très claire que ce projet aboutisse dans les prochaines semaines, dans les prochains mois", a affirmé le ministre. Il a toutefois reconnu "plusieurs sujets" de désaccord, mais que "les points positifs (étaient) clairement plus nombreux que les points encore à résoudre". (Belga)

Vos commentaires