En ce moment
 
 

Affaire Maddie McCann: le suspect pourrait être l'homme qui m'a violée, affirme une Irlandaise

Affaire Maddie McCann: le suspect pourrait être l'homme qui m'a violée, affirme une Irlandaise
 
maddie
 

Victime d'un viol au Portugal en 2004, Hazel Behan a demandé à la police d'enquêter afin de déterminer si son agresseur était Christian Brueckner, le principal suspect dans l'affaire Madeleine McCann.

Hazel Behan a été ligotée et agressée sexuellement par un violeur qui a fait irruption dans son appartement, à seulement une demi-heure en voiture de l'endroit où les enquêteurs pense que Maddie McCann a été enlevée, trois ans plus tard. L'Irlandaise a demandé aux détectives enquêtant sur la disparition de la fillette de réexaminer son cas, après avoir appris que le nouveau suspect dans cette affaire avait été reconnu coupable d'une agression sexuelle similaire à sa propre expérience, relate The Guardian.

Les méthodes de Christian Brueckner lui rappellent son propre viol

"J'ai été sidérée quand j'ai lu comment il avait attaqué une femme en 2005. Sa tactique et les méthodes qu'il utilisait, les outils qu'il avait avec lui, comment il s'était préparé"
, a-t-elle confié. "J'ai vomi, pour être honnête avec vous, car lire ce sujet m'a ramenée à ma propre expérience."

En effet, en septembre 2005, soit un an et demi avant la disparition de Maddie, une Américaine de 72 ans a été brutalement violée et dépouillée par Christian Brueckner, l'Allemand de 43 ans suspecté dans la disparition de Maddie McCann. Des faits pour lesquels il a été jugé et condamné en décembre dernier.

"Des sourcils blonds et des yeux bleus perçants"

En 2004, Hazel Behan travaillait dans un complexe hôtelier de la ville côtière de Praia da Rocha. Elle était à deux semaines de fêter ses 21 ans quand elle a été attaquée dans son appartement. "Je me suis couchée vers 1 heure du matin et j'ai été réveillée par quelqu'un qui m'appelait. Je me suis retournée et un homme masqué vêtu de collants se tenait là avec une machette d'environ 30 centimètres de long à la main", a-t-elle déclaré.

Hazel Behan évoque dans sa déposition un homme qui parlait anglais avec un accent allemand, d'une taille d'environ 1m85. Il portait un masque qui couvrait toute sa tête, a-t-elle déclaré. "Mais je pouvais voir qu'il avait des sourcils blonds et des yeux bleus perçants, même dans l'obscurité".

Elle se souvient également d'une marque sur le haut de la cuisse droite de son agresseur. Elle parle d'"une tache de naissance ou un tatouage". Dans les descriptions de Christian Brückner dans les médias allemands, il aurait effectivement des taches de naissance sur le haut de la cuisse droite.

"Il avait tout prévu"

Son agresseur a enlevé ses chaussures et installé une caméra dans la pièce. Il lui a dit de ne pas crier, l'a traînée dans le salon et attachée au plan de travail de la cuisine, avant de sortir fouets et chaînes. Il a découpé ses vêtement avec des ciseaux, puis l'a bâillonnée avec un chiffon pour qu'elle ne puisse pas crier alors qu'il la battait et violait. "On aurait dit qu'il avait tout prévu à l'avance. Il s'est constamment nettoyé les mains et a changé à plusieurs reprises de préservatifs. Cela a duré, je pense, environ quatre ou cinq heures", raconte-t-elle.

Et Hazel Behan de conclure : "Je pense que si la police avait fait son travail pour enquêter sur ce qui m'est arrivé, si c'est bien le même homme qui a attaqué l'Américaine et enlevé Madeleine McCann, ils auraient peut-être empêché l'attaque contre elle, et Madeleine serait maintenant chez elle avec ses parents".


 

 




 

Vos commentaires