Allemagne: attaque xénophobe sur un migrant

(Belga) Un migrant a été victime d'insultes xénophobes puis tabassé par trois personnes à Wismar mercredi soir, une attaque qui survient alors que le pays est ébranlé par des manifestations d'extrême droite en ex-Allemagne de l'est contre les étrangers.

Agé de 20 ans, l'homme dont la nationalité n'a pas été précisée, rentrait chez lui à pied au moment où "il a été arrêté par trois personnes parlant allemand qui l'ont insulté de manière xénophobe", a affirmé la police de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Deux d'entre eux l'ont ensuite frappé au visage avant que le troisième "ne le frappe à l'épaule et aux côtes avec une chaîne en fer". Tombée à terre, la victime a ensuite été rouée de coups avant que ses agresseurs ne prennent la fuite. Le migrant a ainsi eu le nez cassé et plusieurs hématomes sur le visage et le haut du corps, précise la police qui a ouvert une enquête. Cette attaque à caractère raciste dans cette ville située au bord de la mer Baltique survient au moment où le pays est confronté à d'importantes manifestations d'extrême droite dans une autre ville d'ex-RDA, à Chemnitz en Saxe. Dimanche, quelque 800 personnes ont défilé dans les rues de cette ville située dans une région où l'extrême droite et les néo-nazis sont fortement implantés pour effectuer une "chasse aux étrangers". Le lendemain, des violences ont émaillé un nouveau rassemblement d'environ 6.000 d'entre eux - dont plusieurs ont défilé en faisant le salut hitlérien - opposés à plusieurs centaines de personnes de gauche radicale alors que la police était en sous-effectif. L'élément déclencheur est survenu au cours du week-end, lorsqu'un Allemand de 35 ans a été tué à coups de couteau durant une rixe en marge d'une fête locale, pour un motif inconnu. La police a arrêté deux suspects, un Syrien et un Irakien d'une vingtaine d'années accusés d'avoir agi après une "altercation verbale". Depuis, les franges les plus radicales de la ville, et de toute la région de Saxe, mobilisent l'opinion contre l'immigration et la politique du gouvernement d'Angela Merkel, à qui il reproche d'avoir laissé entrer plus d'un million de demandeurs d'asile venant notamment de Syrie et d'Irak, en 2015 et 2016. Ils ont défilé aux cris de "Les étrangers dehors" ou "Nous sommes le peuple". Deux nouvelles manifestations sont prévues dans la ville jeudi soir et samedi, cette dernière étant soutenue par le parti d'extrême droite AfD. (Belga)

Vos commentaires