Arménie: nouvelles protestations à l'appel du chef de l'opposition

Arménie: nouvelles protestations à l'appel du chef de l'opposition

(Belga) De nouvelles protestations secouaient Erevan, la capitale arménienne, à l'appel de l'opposant Nikol Pachinian qui réclame des autorités une passation de pouvoir pacifique et des législatives anticipées, après la démission du Premier ministre Serge Sarkissian. Des milliers de personnes se sont réunies mercredi matin sur la place de la République, au centre-ville d'Erevan, haut lieu de la contestation anti-Sarkissian dans la capitale de cette ex-république soviétique du Caucase, en scandant "Nikol, notre Premier ministre! ", a constaté un journaliste de l'AFP.

M. Pachinian, qui s'est déclaré mardi "prêt à diriger le pays", a appelé ses partisans à descendre à nouveau dans la rue, après avoir affirmé sur sa page Facebook que le Premier ministre par intérim, Karen Karapetian, avait refusé d'entamer des négociations mercredi matin sur l'avenir politique du pays. Alors que le Premier ministre Serge Sarkissian a annoncé son départ lundi, cédant après onze jours de manifestations, les députés du Parlement arménien ont sept jours, selon la loi, à compter de la démission du chef du gouvernement pour proposer de nouvelles candidatures à ce poste, et le vote pourrait avoir lieu le 2 mai. Mais le Parti républicain de M. Sarkissian dispose de 65 sièges sur 105 au Parlement et il a toutes les chances de faire élire de nouveau son candidat, une option rejetée par Nikol Pachinian. "Nous ne pouvons pas permettre au Parti républicain de continuer à diriger le pays", a déclaré M. Pachinian, dans une adresse vidéo mardi soir. "Ce n'est pas seulement Serge Sarkissian qui posait problème, mais tout le Parti républicain", a-t-il affirmé. (Belga)

Vos commentaires