En ce moment
 

Asile et migration - Juncker: "Les Etats membres doivent faire preuve de solidarité d'une autre manière"

(Belga) Les pays de l'UE qui ne veulent pas accueillir de migrants, "doivent faire preuve de solidarité d'une autre manière", a estimé mercredi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lors d'un sommet informel des chefs d'Etat et de gouvernements européens à Salzbourg consacré dans la soirée à la problématique de la migration.

"Nous avons besoin de plus de solidarité en Europe", a d'emblée signalé M. Juncker. "La solidarité n'est pas un concept vide. Certains Etats membres acceptent des réfugiés. Ceux qui ne veulent pas laisser entrer de migrants - bien qu'ils devraient - devraient contribuer à la solidarité d'une autre manière ", a déclaré le président de la Commission européenne dans la cité autrichienne. Depuis le début de l'arrivée massive de migrants en 2015, l'Union européenne a adopté divers programmes de réinstallation. Cela prouve, selon la Commission européenne, que des canaux surs et légaux de migration peuvent être établis pour les gens qui ont besoin d'une protection internationale, à la place des dangereuses routes migratoires. En septembre 2017, la Commission européenne a dégagé un nouvel accord qui prévoit que d'ici octobre 2019, 50.000 nouveaux migrants pourront être transportés depuis l'Afrique ou le Moyen-Orient vers le Vieux Continent. Les Etats membres ne sont pas obligés de procéder de la sorte, mais ceux qui franchissent le pas recevront 10.000 euros par migrants accueillis. A long terme, la Commission européenne souhaite qu'un cadre permanent de réinstallation soit établi. La remarque de M. Juncker sur une contribution "alternative" à la solidarité suggère que le Luxembourgeois n'attend plus de tous les Etats membres qu'ils participent à ce programme. La répartition des réfugiés est loin d'être fluide, notamment en raison de l'obstination de la République tchèque, de la Hongrie et de la Pologne. Durant le diner des chefs d'Etat et de gouvernement à Salzbourg, les leaders devaient discuter d'une coopération renforcée avec les pays d'Afrique du Nord face à la migration illégale. (Belga)

Vos commentaires