En ce moment
 
 

Attentat DC-10 UTA: la quasi-totalité des fonds versée aux familles de victimes

 
 

La quasi-totalité des 170 millions de dollars versés en 2004 par la Libye ont été distribués aux familles des victimes de l'attentat contre le DC-10 d'UTA, qui a fait 170 morts en 1989 dans le désert du Ténéré (Niger), où un mémorial devrait bientôt voir le jour.

A travers sa Fondation mondiale Gaddafi, la Libye s'est engagée, le 9 janvier 2004, à verser 170 millions de dollars (134,5 millions d'euros), soit un million de dollars par victime de cet attentat perpétré le 19 septembre 1989.

En 1999, six Libyens, dont un beau-frère de Mouammar Kadhafi, avaient été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité lors d'un procès par contumace devant la cour d'assises de Paris.

L'accord conclu en 2004 prévoyait qu'en échange d'indemnités, les familles des victimes renonçaient à engager toute poursuite civile ou pénale ultérieure contre l'Etat libyen.

Les familles de sept victimes américaines ont refusé l'indemnisation et engagé une procédure aux Etats-Unis. Les sept millions de dollars qui leur étaient destinés ont été restitués à la Libye.

L'accord du 9 janvier 2004 a confié à une fondation française la tâche de répartir les indemnités entre les ayants-droit des victimes, qui étaient de dix-sept nationalités différentes.

Cette fondation, instituée en novembre 2004, estime que "l'essentiel de (son) action est pratiquement terminé" désormais, a confié mardi son président, le conseiller d'Etat Daniel Labetoulle.

La fondation a distribué à ce jour plus de 95% des fonds versés par les Libyens. Son président a précisé mardi que 1.250 ayants-droit des victimes avaient été indemnisés et qu'il restait à régler "une centaine" de dossiers, soit une somme de 6,6 millions d'euros, "représentant moins de 5% de la dotation que nous devions répartir".

M. Labetoulle a confié que l'établissement d'une "hiérarchie" entre les ayants-droit, en fonction de leur lien de parenté avec les victimes, avait constitué "un des moments les plus délicats psychologiquement et humainement".

Le président de l'association "Les familles du DC-10 d'UTA en colère !", Guillaume Denoix de Saint-Marc, a salué de son côté une procédure où "tout le monde a été traité à égalité, quels que soient la nationalité ou le niveau de vie".

Daniel Labetoulle a par ailleurs annoncé qu'une partie des intérêts perçus sur la somme versée par la Libye servirait à financer un mémorial sur le site de l'attentat, en plein désert à 650 km d'Agadès.

D'un budget de 450.000 euros, ce monument de pierres noires, dessinant la forme du DC-10 d'UTA, surmonté d'une des ailes de l'appareil et comportant une plaque avec les noms des 170 victimes, devrait être visible du ciel par les avions qui continuent d'emprunter la même route aérienne.

En cours de construction, le mémorial devrait être inauguré le 19 septembre 2007, pour le dix-huitième anniversaire de l'attentat.




 

Vos commentaires