En ce moment
 
 

Bougies et prières de l'Anglaise Coventry pour sa jumelle meurtrie Dresde

S'il est une ville qui peut comprendre l'émotion suscitée par la destruction de la ville allemande Dresde pendant la Seconde Guerre mondiale, c'est bien la Britannique Coventry qui porte encore les stigmates d'une attaque similaire qui a marqué profondément les mémoires.

Plusieurs centaines de bombardiers allemands ont déversé leurs cargaisons sur cette ville du centre de l'Angleterre pendant plus de onze heures dans la nuit du 14 novembre 1940, ciblant tout particulièrement des usines de fabrication d'avions et de munitions si cruciales à l'effort de guerre du Royaume-Uni.

Mais pas seulement: plus de 550 personnes ont été tuées, plus de 41.000 maisons ont été détruites et environ les deux tiers des bâtiments de la ville ont été endommagés.

Il s'agit d'un des raids les plus destructeurs de la Luftwaffe.

La cathédrale St Michael figure parmi les nombreux édifices historiques rasés par les bombes incendiaires des nazis. Son squelette en ruines est toujours visible aujourd'hui, offrant un fort symbole de mémoire et de la puissance dévastatrice de la guerre.

Juste à côté se dresse la nouvelle cathédrale, consacrée également à St Michael. La pièce maîtresse du maître-autel est une croix composée de trois clous provenant du toit de l'ancienne église médiévale.

Dresde occupera le premier rang des pensées de Coventry jeudi, a confié John Witcombe, doyen de la cathédrale de Coventry.

Le bombardement de la ville allemande en 1945 a été considéré comme des représailles au sort réservé à la ville anglaise cinq ans plus tôt. Depuis, les deux cités meurtries ont tissé des liens très forts.

L'évêque de Coventry Christopher Cocksworth a d'ailleurs fait le voyage de Dresde pour les commémorations prévues jeudi. Et à Coventry, en solidarité, des bougies seront allumées et des prières récitées aux Vêpres.

Pour M. Witcombe, il est crucial de laisser un héritage de paix et de compréhension de ce qu'il s'est passé tandis que la Seconde Guerre mondiale s'efface peu à peu des mémoires vivantes.

"Je considère qu'il nous appartient de garder cette histoire vivante mais de façon à ce qu'elle serve de tremplin pour un travail de réconciliation effectué ensemble", a-t-il expliqué à l'AFP.

- "Guérir les blessures de l'histoire" -

Le rapprochement a commencé dès le lendemain de la guerre, lorsque des délégations de Coventry se sont rendues dans des villes allemandes et à travers le reste de l'Europe ayant subi la même destruction qu'elle.

Les liens entre Coventry et Dresde se sont encore resserrés à partir des années 1960, en premier lieu en matière d'assistance technique puis dans le cadre d'un groupe international faisant la promotion de la paix dans des zones de conflit sur la planète entière.

La Community of the Cross of Nails (Communauté de la Croix en clous) de la cathédrale St Michael compte désormais plus de 200 partenaires internationaux --dont des églises, des organisations caritatives et des centres éducatifs-- dans quarante-cinq pays. Trois églises allemandes ont prévu de s'y joindre dans le courant de l'année.

L'un de ses principaux préceptes: "Guérir les blessures de l'histoire".

Le travail se poursuit et s'est même intensifié avant et après la récente sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et après plusieurs attentats terroristes en Europe.

Une réplique de la croix en clous a été récemment envoyée à la cathédrale de Southwark, dans le sud de Londres, après deux attaques menées à proximité en 2017 et en novembre. D'autres sont parties vers la principale église anglicane de Belgique, située à Bruxelles, ainsi qu'à Bergen en Norvège.

M. Witcombe a insisté sur le fait qu'il n'y avait "jamais eu d'époque" où la paix et la réconciliation n'avaient pas été importantes, mais avec la discorde semée par le Brexit et avec l'essor de l'extrémisme, c'est plus d'actualité que jamais.

"Tandis que les relations prennent des directions tendant à suggérer que la distance se fait croissante ou, à coup sûr, que les relations doivent être réaménagées, je pense que maintenir des engagements étroits les uns envers les autres et des partenariats est extraordinairement important", a-t-il relevé.

Et d'ajouter: "Nous constatons que des gens se tournent encore vers nous pour trouver l'inspiration en matière de réconciliation".

Vos commentaires