Brexit - De "sérieuses divergences" persistent sur la question irlandaise, selon la Commission

(Belga) Bruxelles et Londres sont parvenus à avancer sur plusieurs chapitres techniques de la négociation sur le retrait du Royaume-Uni de l'UE, mais de "sérieuses divergences" persistent sur le dossier irlandais après un dernier round de discussions avant le sommet européen de juin, a annoncé mardi la Commission.

"Aujourd'hui marque un pas en avant dans ces négociations - nous avons convenu d'un certain nombre de sujets de séparation et le Royaume-Uni s'est engagé sur d'autres", a résumé sur Twitter le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier. "Mais nous n'en sommes pas encore au bout: de sérieuses divergences subsistent" quant au protocole sur l'Irlande et l'Irlande du nord, a ajouté le Français, alors que les négociateurs peinent à trouver une solution satisfaisante pour les deux camps qui s'accordent à vouloir éviter le retour d'une frontière physique après le Brexit. Les équipes de négociation des deux camps se sont retrouvées mardi à Bruxelles, sans les deux négociateurs en chef David Davis et Michel Barnier. "Nous avons progressé sur certaines questions liées à la séparation pour lesquelles les entreprises européennes ont besoin de sécurité, notamment les douanes, la TVA, Euratom et les certificats pour les marchandises", a précisé ce dernier, cité dans un communiqué de la Commission européenne accompagnant une déclaration commune de Bruxelles et de Londres. Ce texte commun "fait état des progrès réalisés" depuis le 19 mars, date à laquelle l'UE à 27 et le Royaume-Uni s'étaient mis d'accord sur une "large partie" du traité de retrait. Il est publié à un peu plus d'une semaine d'un sommet européen (28 et 29 juin) au cours duquel Michel Barnier présentera l'avancée des négociations aux chefs d'Etat et de gouvernement. L'UE espère qu'une version définitive de l'accord de retrait, accompagnée d'une déclaration politique sur la future relation, puisse être approuvé d'ici octobre, afin de permettre une ratification par les différentes institutions concernées avant la date prévue du Brexit, fin mars 2019. Les chapitres sur lesquels les équipes de négociation se sont accordés concernent notamment le statut des biens placés sur le marché européen avant le Brexit, la TVA, la propriété intellectuelle, ou encore la propriété des matières fissiles présentes sur le territoire britannique. D'autres sujets restent ouverts, comme les indications géographiques, la coopération judiciaire et policière, et la finalisation de procédure judiciaire au niveau de l'UE en cours au moment du Brexit. (Belga)

Vos commentaires