Brexit - La date du 31 octobre proposée à Theresa May

(Belga) Entre un report court du Brexit au 30 juin réclamé par la Première ministre britannique Theresa May, et un report long à la fin de l'année - voire à un an - auquel s'est opposée la France, les dirigeants des Vingt-Sept ont coupé la poire en deux en proposant la date du 31 octobre à la dirigeante britannique, selon des sources européennes au sommet de Bruxelles.

La nouvelle Commission européenne entre théoriquement en fonction le 1er novembre. L'offre, qui prévoit aussi une analyse de l'état de la situation en juin, doit éviter aux deux parties de se quitter brutalement ce vendredi, date à laquelle le Brexit avait été reporté une première fois, alors qu'il était initialement prévu le 29 mars. Mme May a besoin d'un nouveau report de la date de sortie pour tenter de faire approuver l'accord de retrait négocié dans la douleur avec le reste de l'Union européenne, et qui a déjà été rejeté trois fois par les députés britanniques. Son parti conservateur a ouvert des tractations avec l'opposition travailliste pour tenter de dégager une solution. Au sommet de Bruxelles, une bonne part des 27 États membres se sont prononcés en faveur d'une extension longue, jusqu'à la fin de l'année voire d'ici à un an, mais le président français Emmanuel Macron a freiné, jugeant que le Brexit menaçait son projet de "renaissance européenne" et le fonctionnement de l'Union. L'extension proposée serait "flexible", ce qui signifie que le Royaume-Uni pourrait quitter l'Union dès que le divorce serait ratifié. Le pays participera probablement aux élections européennes s'il reste membre de l'Union après le 22 mai. (Belga)

Vos commentaires