En ce moment
 

Theresa May s'engage à partir une fois son accord de Brexit adopté

BREXIT

La Première ministre britannique Theresa May a promis mercredi de quitter ses fonctions si son accord de Brexit était adopté, abattant sa dernière carte pour tenter débloquer la situation chaotique au Parlement, incapable de se mettre d'accord sur une alternative.

Les députés britanniques ont voté contre huit scénarios alternatifs, parmi lesquels figuraient une sortie sans accord ("no deal") ou un renoncement au Brexit, lors d'une série de votes indicatifs, quelques heures après l'annonce de la Première ministre.

En s'engageant à démissionner, la dirigeante conservatrice cède aux appels de nombreux élus de son parti qui conditionnaient leur soutien au texte à son départ.

Mais le succès de l'initiative reste très incertain. Le parti nord-irlandais DUP, son allié au Parlement, a fait savoir dans la soirée qu'il ne "soutiendrait pas" cet accord, après l'avoir qualifié de "toxique".

Destiné à mettre en oeuvre en douceur le Brexit et âprement négocié pendant des mois avec Bruxelles, ce texte a déjà été rejeté massivement à deux reprises par la Chambre des communes. Des défaites humiliantes qui avaient contraint Mme May à demander à l'UE un report du Brexit, initialement prévu le 29 mars, au 12 avril au plus tôt.

C'est en fin d'après-midi, devant le "comité 1922", responsable de l'organisation interne des Tories, que la cheffe de gouvernement a offert de laisser sa place.

"Il y a le désir d'une nouvelle approche, d'un nouveau leadership" pour la prochaine phase des négociations du Brexit, qui doit déterminer la future relation du Royaume-Uni avec l'UE, a-t-elle déclaré.

"Je n'y ferai pas obstacle", a assuré la dirigeante, selon un communiqué de Downing Street. "Je suis prête à quitter ce poste plus tôt que prévu", a-t-elle ajouté, après avoir annoncé, en décembre, qu'elle ne mènerait pas la campagne pour les législatives de 2022.

- "Bojo" change d'avis -

Mme May a appelé une nouvelle fois les Tories à soutenir son accord pour "respecter la décision du peuple britannique de quitter l'Union européenne", prise lors du référendum du 23 juin 2016.

La pression s'était considérablement accrue ces derniers jours sur Theresa May, dont l'autorité n'a cessé de s'effriter face au défi colossal de mettre en oeuvre le Brexit, un sujet qui divise profondément le pays.

Son annonce "prouve que dans ses négociations chaotiques sur le Brexit elle a mis la gestion de son parti avant l'intérêt du public", a réagi le chef du parti d'opposition travailliste, Jeremy Corbyn.

Le sacrifice de Theresa May sera-t-il suffisant, alors qu'il lui faut convaincre 75 députés pour faire passer son accord? Il aurait en tout cas déjà convaincu l'ex-ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, candidat potentiel à sa succession, de changer d'avis, selon un proche de ce champion du Brexit.

Mais, outre le coup de froid jeté par le DUP, d'autres Brexiters purs et durs signalaient leur intention ne pas suivre l'exécutif.

Le député Steve Baker, membre de l'European Research Group (ERG), une alliance de députés conservateurs eurosceptiques, a même traité d'"idiots, fripouilles et lâches" ceux prêts à voter pour l'accord, selon un porte-parole.

- Votes indicatifs -

Si elle est encore loin de voir son accord adopté, Theresa May a aussi pu constater qu'aucune autre solution ne se dégageait au Parlement, après le rejet des scénarios alternatifs lors des votes indicatifs, qui ont donné lieu à des échanges tendus entre députés.

"Le pays nous regarde", a mis en garde, atterrée, la députée indépendante Anna Soubry.

Le ministre chargé du Brexit Steve Barclay a aussitôt conclu que ces votes "renforçaient" la position du gouvernement

Pour l'analyste politique Simon Hix, le processus du Brexit est revenu "au point où nous en étions la semaine dernière: l'accord de May contre un no deal".

Le tabloïd The Sun voyait dans ces votes une "farce intégrale", le Guardian ironisant que tout ce que le Parlement avait "à dire" était une succession de huit "non".

Les députés ont au moins entériné le report de la date du Brexit, initialement prévu le 29 mars, après l'accord donné la semaine dernière par les dirigeants européens.

Les 27 ont donné le choix à Mme May: soit l'accord de retrait est adopté et le report sera de courte durée, jusqu'au 22 mai; soit l'accord est rejeté, et Londres aura jusqu'au 12 avril pour présenter une alternative et demander un nouveau report, qui impliquerait la tenue d'élections européennes dans le pays fin mai. Sinon, ce sera une sortie sans accord.

Vos commentaires