En ce moment
 

La société privée qui gère le viaduc de Gênes risque gros: voici ce que compte faire le gouvernement italien

La société privée qui gère le viaduc de Gênes risque gros: voici ce que compte faire le gouvernement italien

Ce matin, l'action en bourse de la société qui gère les autoroutes italiennes a plongé. Elle est désignée comme l'unique responsable, même si elle explique que le viaduc était entretenu et contrôlé. Mais le gouvernement italien devrait réformer la gestion des autoroutes.

Ce matin, un nom revient sur tous les sites d'information italiens : Atlantia, la maison mère d'Autostrade, la société privée qui gère le viaduc. L’action a chuté en bourse de plus de 20%. Il faut dire que depuis deux jours, la société est pointée du doigt. Pour le gouvernement italien, c’est même l’unique responsable de la catastrophe.


"Nous comptons révoquer la concession de la société Autostrade"

Giuseppe Conte, premier ministre italien, a déclaré lors d'une conférence de presse: "Le gouvernement fera tout pour qu’une telle tragédie ne se reproduise pas. Nous avons déjà anticipé et nous comptons révoquer la concession de la société Autostrade." Car le gouvernement estime que la société a mal entretenu le viaduc. Autostrade conteste via un communiqué: "Nous avons mené des activités de surveillance et d’entretien selon les meilleurs critères internationaux. Il n’est pas possible pour l’instant de formuler d’hypothèses sur les causes de l’effondrement."


Révoquer le contrat pourrait coûter des milliards à l'Etat italien

Les images des caméras de surveillance ont d’ailleurs été saisies par le procureur de Gênes. Mais le gouvernement n’entend pas attendre les conclusions et veut même à l’avenir ne plus accorder de contrat d’exploitation à la société privée. "Nous laisserons les responsables des enquêtes pénales faire leur devoir, mais nous ne pouvons pas attendre la justice pénale. Nous avons l’obligation de faire voyager tous les citoyens en sécurité. Donc nous prenons nos responsabilités."

Mais si le contrat est révoqué comme le souhaite le gouvernement, cela pourrait coûter des milliards à l’Etat italien car il devait normalement courir jusqu’en 2038.

Vos commentaires