En ce moment
 

Ces deux partis tentent de former un gouvernement antisystème en Italie

Ces deux partis tentent de former un gouvernement antisystème en Italie
Luigi Di Maio et Matteo Salvini

Le Mouvement 5 étoiles et la Ligue, qui discutent pour former le premier gouvernement antisystème en Italie, partagent un rejet des vieilles recettes politiques mais leurs propres ingrédients du renouveau divergent parfois.

>D'où ils viennent

- La Ligue du Nord a été créé en 1989 par Umberto Bossi pour réclamer l'indépendance du Nord, fustiger le poids du Sud défavorisé et les gaspillages de Rome. Elle dirige les riches régions de Lombardie et Vénétie. Minée par un scandale de détournement de fonds publics, elle a été reprise en main fin 2013 par Matteo Salvini, 45 ans, qui en a fait une formation nationaliste. Avec 17% aux législatives, elle a pris la tête de la coalition de droite (37%).

- Le Mouvement 5 étoiles (M5S), fondé en 2009 par le comique Beppe Grillo, prône un rejet de la vieille classe politique via la démocratie directe, l'honnêteté et le renouvellement des élus. Il dirige les villes de Rome et Turin. Sous l'égide de Luigi Di Maio, 31 ans, il est devenu le 4 mars le premier parti du pays avec plus de 32% des voix.

>Ce qui les rapproche

- Une ambition commune

Matteo Salvini et Luigi Di Maio sont tous deux des dirigeants jeunes et ambitieux, décidés à ne pas laisser passer leur chance et suffisamment pragmatiques pour s'entendre, même s'il n'est pas garanti que l'ensemble des troupes suive.

- Les retraites

La Ligue a promis d'abroger et le M5S de revoir la loi dite Fornero qui doit retarder progressivement l'âge de la retraite. Les deux partis prônent aussi un plan annuel d'aide pour les petites et moyennes entreprises.

- L'immigration

Sous le slogan "Les Italiens d'abord", la Ligue veut bloquer les arrivées, supprimer les permis de séjour humanitaires et rapatrier les clandestins. Le M5S tient un discours tout aussi ferme mais dans les faits, il entend surtout lutter contre "le business de l'immigration".

- L'ordre et le droit

Les deux formations veulent améliorer les capacités des forces de l'ordre et faire preuve de fermeté contre toutes les formes de criminalité, avec un accent particulier sur la lutte contre la corruption pour le M5S.

- La famille

La Ligue, au nom des valeurs chrétiennes, tout comme le M5S, plus laïc, ont promis des mesures pour la natalité, les familles, les femmes, les personnes handicapées...

>Les points de friction

- Deux mesures phares à réconcilier

Le cheval de bataille du M5S reste la promesse d'un revenu de citoyenneté que la Ligue considère comme une forme d'assistanat mais qu'elle pourrait accepter s'il reste limité et assorti d'obligations.

La Ligue a pour sa part fait campagne pour l'adoption d'un impôt unique ("flat tax") à 15%, mais pourrait se contenter, pour commencer, d'un programme général de réduction de la pression fiscale.

- Fédéralisme ou centralisme ?

La Ligue a fait le plein de voix dans le Nord en plaidant pour une plus grande autonomie de ces riches régions qui enragent de voir leurs impôts servir pour le Sud. Le M5S s'est imposé en revanche dans cette région de l'Italie en promettant d'y accorder une plus grande attention.

- L'Europe et le monde

M. Salvini réclame une renégociation des traités européens, assurant que l'euro est voué à l'échec mais sans envisager une sortie unilatérale. Beppe Grillo souhaitait cette sortie mais M. Di Maio en a abandonné l'idée.

En revanche, Ligue et M5S fustigent les contraintes européennes comme la limite de 3% du PIB pour le déficit public et leurs dirigeants, admirateurs de Donald Trump et Vladimir Poutine, plaident pour une annulation des sanctions imposées à la Russie.

Vos commentaires