En ce moment
 
 

Coronavirus: l'Italie décrète un couvre-feu à 22h sur l'ensemble de son territoire

Coronavirus: l'Italie décrète un couvre-feu à 22h sur l'ensemble de son territoire
© Belga
 
CORONAVIRUS
 

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a signé dans la nuit de mardi à mercredi un décret instaurant sur tout le territoire national un couvre-feu à 22h00 à partir de jeudi, indiquent les médias de la péninsule.

D'autres mesures restrictives, qui devraient être détaillées dans la journée par M. Conte et qui seront en vigueur jusqu'au 3 décembre, ont également été décidées, notamment la fermeture des centres commerciaux pendant le week-end. Premier pays touché en Europe par l'épidémie de Covid-19 en février, l'Italie a enregistré plus de 39.000 morts pour plus de 750.000 cas.

Des zones réparties selon des couleurs en fonction de la gravité

Selon ce nouveau décret, les 20 régions d'Italie seront divisées, d'après les médias, en trois zones, vertes, oranges et rouges en fonction de la gravité de la situation épidémiologique, et dans lesquelles des mesures plus ou moins restrictives seront appliquées.

A l'échelle nationale, un couvre-feu de 22h00 à 05h00 du matin sera mis en œuvre et il ne sera possible de circuler pendant cette période que pour des motifs de travail ou de santé devant être justifiés. Les lycées devront tous passer à l'enseignement à distance et les musées seront fermés. Les centres commerciaux seront eux aussi fermés pendant le week-end ou les jours fériés et les transport en commun ne pourront pas accepter plus de 50% de la capacité totale de passagers. Les croisières sont également annulées à partir de cette date, sauf celles déjà en cours.

Le ministère de la Santé décidera la classification des régions et leur éventuel changement de couleur sur la base d'une vingtaine de facteurs, comme le taux de transmission ou le taux d'occupation des lits dans les hôpitaux ou dans les unités de soins intensifs.

ÉLECTIONS AMÉRICAINES: les résultats en temps réel

CORONAVIRUS EN BELGIQUE: où en est l'épidémie ce mercredi 4 novembre ?


 

 




 

Vos commentaires