En ce moment
 
 

Coronavirus: le Grand-Duché de Luxembourg placé en zone orange dans le sens des retours

 

Les Affaires étrangères ont associé des codes couleur définis aux zones de voyage afin que les Belges allant ou revenant de ces pays sachent quelles recommandations suivre.

Ce dimanche, la liste des zones vertes, oranges et rouges a été mise à jour par les autorités fédérales. La principale nouveauté concerne la liste des pays placés en zone orange dans le sens des retours. On y retrouve le Grand-Duché de Luxembourg. Concrètement, une "vigilance accrue" et le respect strict des gestes barrières sont requis, selon les Affaires étrangères.

L'accès à ce pays voisin n'est toutefois pas interdit et les travailleurs qui doivent s'y rendre sont toujours autorisés à y entrer. "Ils doivent cependant savoir qu'ils se trouvent sur un territoire où le taux d'infections est supérieur à celui que l'on connaît en Belgique", a précisé à Belga un porte-parole des Affaires étrangères. "Nous appelons à une vigilance accrue et à un respect scrupuleux des mesures sanitaires (port du masque, gestes barrières, distanciation). Si la personne développe des symptômes (toux ou perte d'odorat par exemple), elle doit en parler à son médecin et se placer en auto-isolement".

40.000 Belges se rendent chez nos voisins chaque jour

Il s'agit d'un changement important pour des milliers de Belges qui habitent à la frontière ou qui travaillent chez nos voisins. On estime que 40.000 Belges se rendent chaque jour dans le pays. "Le Luxembourg a une situation très particulière, avec les frontaliers: on en a beaucoup, de nos trois pays voisins, a décrit la ministre luxembourgeoise de la Santé vendredi. Et ces frontaliers représentent 10% des personnes positives".

Les nouvelles contaminations ont été plus nombreuses au Luxembourg ces derniers jours

Ce placement en zone orange dans le sens des retours du Luxembourg peut s'expliquer par les dernières statistiques diffusées. Au Grand-Duché, les cas positifs au coronavirus ont été plus nombreux ces sept derniers jours que lors du dernier mois. Les rassemblements privés sont aujourd’hui pointés du doigt. Vu la situation, les autorités craignent une seconde vague. "Il y a plusieurs pistes d’interprétation, a déclaré ce vendredi Paulette Lenert, ministre luxembourgeoise de la Santé. Donc un on ne peut pas le nier, les nouvelles infections augmentent. Mais on remarque aussi qu’on devient victime du succès de la stratégie de test qui est très ambitieuse".

Selon les chiffres rapportés par la presse luxembourgeoise ce dimanche, le pays a enregistré 83 nouvelles contaminations en 24 heures et un nouveau décès, le premier depuis 47 jours.

Certains pays européens comme le Danemark et la Finlande avaient déjà placé le Grand-Duché sur la liste des pays rouge à éviter cet été.

 

Vos commentaires