En ce moment
 

De quoi vont parler Charles Michel et Vladimir Poutine cet après-midi?

Charles Michel sera reçu par le président russe Vladimir Poutine ce mercredi après-midi. Notre journaliste Mathieu Col suit le voyage de notre premier ministre à Moscou et est donc dans les coulisses de la rencontre au sommet qui se prépare.


Les mêmes thèmes qu'il y a 10 ans

La rencontre s’annonce déjà comme historique, la dernière du genre, c’était avec Guy Verhofstadt il y a plus de 10 ans. A l’époque, ils avaient parlé d’énergie, de commerce et de diamants. Ce sera encore le cas cette fois, mais la situation géopolitique a changé, ils aborderont donc aussi la Syrie, le terrorisme, la Crimée et donc les sanctions européennes à l’encontre de la Russie. C’est en fait le même menu que celui abordé hier avec Dmitri Medvedev, le premier ministre russe.


Changement de lieu de rencontre

La rencontre n’aura finalement pas lieu au Kremlin, mais dans l’une des résidences de Vladimir Poutine à quelques dizaines de kilomètres de Moscou, en pleine campagne. "C’est un changement de dernière minute qui a été annoncé ce mercredi matin, mais tout le monde s’adapte car ici c’est Poutine qui décide. Notre premier ministre et le président russe se verront en fin d’après-midi", a précise Mathieu Col en direct dans le journal de 8h de Bel RTL.


Un protocole signé hier par Michel et Medvedev

Hier mardi, Charles Michel et Dmitri Medvedev ont marqué mardi leur volonté de développer les liens économiques entre les deux pays dans divers secteurs, lors d'une rencontre organisée à la résidence du Premier ministre russe à quelques kilomètres de Moscou. Un protocole entre la Belgique et la Russie tendant à éviter la double imposition en matière d'impôts sur le revenu et sur la fortune a, en outre, été signé.

Le protocole vise à rendre plus efficace la convention de 2015 qui tend à éviter la double imposition et à prévenir la fraude fiscale en matière d'impôts sur le revenu et sur la fortune. La rencontre entre MM. Michel et Medvedev s'est terminée par la signature du document. Le chef du gouvernement russe a dit espérer une ratification au plus vite. Au-delà de la volonté de renouer le dialogue politique, M. Medvedev espère que les relations bilatérales avec la Belgique "se multiplieront dans tous les domaines". Il s'attend à une tendance en ce sens lors de la réunion de la commission mixte entre l'Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL) et la Russie à Sotchi le 14 février prochain, à laquelle le chef de la diplomatie belge Didier Reynders prendra part, aux côtés de son homologue russe Sergueï Lavrov.


De futures coopérations?

Les deux chefs de gouvernement ont indiqué avoir identifié ensemble les domaines où il existe une coopération fructueuse sur le plan économique entre les deux pays, citant les secteurs de l'acier et du diamant. Ils se sont également dits mobilisés pour déployer des stratégies dans le domaine énergétique. M. Michel évoquant, par exemple, le projet Nord Stream 2, qui consiste à doubler le gazoduc existant Nord Stream par un nouveau gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique. La coopération avec Moscou pourrait aussi être renforcée au niveau du secteur pharmaceutique, a encore estimé le Premier ministre. "La Belgique est un terreau fertile pour l'innovation. Je suis convaincu que des partenariats utiles peuvent être déployés dans ce secteur. Ce type de rencontre peut donner une impulsion en la matière", a pointé M. Michel.

En ce qui concerne l'embargo agroalimentaire décrété par la Russie envers des produits des pays qui la sanctionnent - et plus précisément, dans le cas de la Belgique, sur les pommes et poires -, M. Medvedev a dit envisager un éventuel retour aux importations, uniquement en cas de levée de sanctions européennes. "Il faut une approche symétrique. En cas de désescalade, une réponse similaire sera renvoyée", a conclu le chef de gouvernement russe.

Vos commentaires