En ce moment
 
 

Des anti-Père Fouettard attaqués aux Pays-Bas: leur bâtiment incendié alors que des enfants se trouvaient dedans

Des anti-Père Fouettard attaqués aux Pays-Bas: leur bâtiment incendié alors que des enfants se trouvaient dedans
Source: Twitter @theNUC1

Le rassemblement vendredi soir à La Haye d'un groupe d'action contre le personnage de "Zwarte Piet" a été troublé par des défenseurs du compagnon de Saint Nicolas aux Pays-Bas. La police a interpellé cinq personnes.

La réunion du groupe "Kick Out Zwarte Piet" (KOZP) a été perturbée lorsque des partisans de cette tradition controversée ont tenté d'entrer dans le bâtiment en y boutant le feu et s'en sont pris à une voiture garée dans la rue.

Environ 60 personnes dont des enfants étaient présentes au rassemblement de KOZP lorsqu'une trentaine de pro-Zwarte Piet s'en sont pris à eux, a expliqué Mitchell Esajas de KOZP. Il consultera son avocat pour savoir s'il est opportun de porter plainte pour cambriolage et incendie criminel.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

La population divisée

Aux Pays-Bas, le père Fouettard divise la population. Il prend généralement la forme d'un personnage grimé en noir, arborant de larges boucles dorées et des lèvres rouges exagérées. Dans les semaines précédent la fête de Saint-Nicolas, les villes et villages organisent des défilés qui mettent en vedette des centaines de personnes blanches déguisées en Zwarte Piet.

Un nombre croissant de Néerlandais proteste contre la tradition, qu'ils voient comme une relique de l'esclavage et de la période coloniale. Ils se heurtent néanmoins à une désapprobation croissante, parfois accompagnée de slogans racistes et d'actes violents comme ce fut le cas vendredi soir à La Haye.

Un retour à l'origine de la tradition?

La télévision publique NTR, co-organisatrice du défilé national, a tout de même annoncé en septembre que les Zwarte Piet n'auraient cette année pas le visage complètement maquillé en noir, mais seraient recouverts de simples de traces disséminées, évoquant la suie.

À l'origine de la tradition, le personnage n'était en effet pas un Africain, mais celui qui entrait dans les cheminées en premier pour nettoyer le passage avant que Saint-Nicolas n'y entre, d'où le fait qu'il était couvert de suie.

Vos commentaires