En ce moment
 

En Afrique du Sud, mariage astronomique inédit pour mieux scruter l'univers

En Afrique du Sud, mariage astronomique inédit pour mieux scruter l'univers
Des astronomes ont dévoilé, le 25 mai 2018, un télescope optique qui sera couplé à un radiotélescope géant, au cœur du désert sud-africain du Karoo MUJAHID SAFODIEN
Afrique du Sud

Ajouter des yeux à des oreilles, pour mieux percer les secrets de l'univers. Des astronomes ont dévoilé vendredi au cœur du désert sud-africain du Karoo un télescope optique qui sera couplé à un radiotélescope géant, une première mondiale.

Baptisé MeerLICHT, qui signifie "plus de lumière" en néerlandais, le nouvel engin a été installé sur le site de Sutherland, au milieu de la vingtaine d'autres coupoles qui hérissent déjà ce plateau sec et isolé du sud de l'Afrique du Sud.

Son miroir est de taille modeste - à peine 65 cm de diamètre, à comparer aux 8 mètres des "géants" qui scrutent le ciel depuis Hawaï ou le Chili - mais il possède un atout unique: il est connecté aux 64 paraboles du radiotélescope MeerKAT déployées à Carnarvon, à plus de 200 km de là.

Lui-même relié à un réseau d'antennes disséminées dans l'outback australien, le MeerKAT formera bientôt le plus puissant radiotélescope jamais assemblé, le SKA.

L'instrument, équipé d'une parabole virtuelle d'un million de mètres carrés de surface qui lui donne son nom ("Square Kilometer Array"), doit être inauguré en juillet.

Le mariage scientifique inédit entre optique et audition célébré vendredi à Sutherland est né d'un partenariat entre astronomes sud-africains, néerlandais et britanniques.

"Ce que nous allons faire, c'est écouter et regarder le ciel en même temps, ce qui est une idée complètement nouvelle en astronomie", a expliqué à l'AFP un des concepteurs du projet, Paul Groot, de l'université de Nimègue (Pays-Bas).

"Vous avez ici les yeux du MeerKAT", a-t-il ajouté en pointant du doigt le miroir du nouveau MeerLICHT, "et le radiotélescope MeerKAT représentera les oreilles du dispositif".

Le nouveau télescope optique a été conçu pour étudier de larges portions du ciel avec une précision très fine. Il peut ainsi couvrir une surface équivalente à treize fois la pleine Lune et y repérer des détails d'une taille un million de fois inférieure à celle des plus petits objets visibles à l'oeil nu.

- "Explosions" -

Grâce à ces caractéristiques, il va concentrer son attention sur les phénomènes astrophysiques les plus insaisissables, comme les explosions de supernovae, ces étoiles géantes qui meurent dans une immense déflagration, ou les sursauts de rayons gamma.

Ces événements n'illuminent le ciel que de brefs instants. "Nous n'avons donc que très peu de temps pour réunir des informations et comprendre ce qui se passe", a expliqué Paul Groot.

Jusque-là, les astronomes devaient compter largement sur la chance en espérant que plusieurs télescopes avaient fortuitement observé le même phénomène pour combiner leurs mesures...

Avec le nouveau dispositif, ils pourront systématiquement l'étudier sous plusieurs angles. Un grand pas en avant.

"Nous ne savons pas où ces explosions (d'étoiles) vont se produire", a indiqué Ben Stappers, de l'université anglaise de Manchester.

"Nous allons pouvoir en détecter avec MeerKAT (...) et immédiatement nous pourrons regarder l'image optique de ce qui s'est passé", a-t-il ajouté, "cela va nous aider à comprendre l'origine de ces explosions énigmatiques".

"C'est le début d'une nouvelle étape de la recherche coordonnée sous plusieurs longueurs d'ondes de certains des événements les plus violents de l'univers", s'est réjoui Rob Fender, des universités du Cap (Afrique du Sud) et d'Oxford (Grande-Bretagne), un des responsables du nouveau télescope.

"Outre cette astrophysique de l'extrême (...), nous allons également étudier des étoiles normales, en particulier celles qui produisent de très fortes éruptions", a ajouté Rudy Wijnands, de l'université d'Amsterdam (Pays-Bas).

"L'étude de ces étoiles dans les longueurs d'ondes optiques et radio va nous permettre de déterminer l'impact des éruptions sur l'habitabilité des planètes qui les entourent", a-t-il poursuivi.

Le télescope MeerLICHT a coûté environ 1 million d'euros.

Vos commentaires