En ce moment
 

En Russie, les Témoins de Jéhovah dans le collimateur de la justice

En Russie, les Témoins de Jéhovah dans le collimateur de la justice
Une audience à la Cour suprême russe, saisie d'une demande d'interdiction des Témoins de Jéhovah par le ministère de la Justice, le 20 avril 2017 à MoscouVasily MAXIMOV
Russie

Les policiers ont fait irruption un matin d'avril dans l'appartement d'Anatoli Vilitkévitch, en Sibérie, et lui ont demandé de rassembler quelques affaires pour les suivre. Il était recherché pour extrémisme religieux en tant que Témoin de Jéhovah.

Sous les yeux de sa femme Aliona, impuissante, les agents, masqués, ont confisqué téléphones, tablettes et ordinateurs. "Laisse tomber, va te trouver un nouveau téléphone, une nouvelle tablette et un nouveau mari", ont-ils lancé, rapporte la jeune femme de 35 ans à l'AFP.

Comme cet habitant de la ville sibérienne d'Oufa, près de 22 membres de ce mouvement fondé aux Etats-Unis et qui se revendique du christianisme ont été arrêtés en Russie au cours des derniers mois, dont un couple le 4 juillet, selon l'ONG Human Rights Watch.

Certains d'entre eux, soupçonnés d'avoir "organisé, participé ou financé une organisation extrémiste", risquent jusqu'à 10 ans de prison.

En avril 2017, les Témoins de Jéhovah, qui disaient alors avoir 172.000 membres en Russie, ont été interdits en Russie par la Cour suprême, et le mouvement est désormais considéré comme "extrémiste" par le ministère de la Justice.

"Officiellement, c'est une secte totalitaire d'extrémistes. Mais en réalité, ce sont des gens qui, en raison de leur foi, ne sont pas sensibles à la propagande", a affirmé un membre des services de sécurité russes (FSB) cité par Radio Svoboda.

"Le système les voit comme une menace parce qu'ils sont organisés et indépendants. Un jour, ils pourraient viser le pouvoir", a-t-il assuré.

- Racines américaines -

Selon Aliona Vilitkévitch, les enquêteurs reprochent à l'organisation dont fait partie son mari ses séances de lectures de la Bible et ses groupes de prières, considérés comme des "activités extrémistes".

"C'est humiliant et injuste. Nous sommes des citoyens pacifiques, loin de toute sorte d'extrémisme. Mais ils considèrent que nous sommes des criminels", ajoute Mme Vilitkévitch.

"Nous ne voyons pas d'explications raisonnable" justifiant ces arrestations, regrette Iaroslav Sivoulski, l'un des représentants du mouvement en Russie, parlant d'"accusations absurdes".

Pour Maria Kravtchenko, du Centre Sova spécialisé dans l'étude de la xénophobie, les Témoins de Jéhovah sont la cible des autorités notamment en raison de leurs racines américaines, alors que la Russie connait des tensions grandissantes avec les pays occidentaux.

La loi contre l'extrémisme ayant permis l'interdiction des Témoins de Jéhovah correspond à "l'agenda politique des autorités russes", et "pourrait être connectée à la récente tendance antioccidentale", explique-t-elle à l'AFP.

Les Témoins de Jéhovah doivent aussi compter sur un autre ennemi: la puissante Eglise orthodoxe, qui les voient comme des "rivaux", assure Mme Kravtchenko.

Les adeptes du mouvement "détruisent l'esprit des gens et les familles", a clamé à la télévision le métropolite Illarion, le chef de la diplomatie du Patriarcat de Moscou.

L'Eglise orthodoxe n'a pas joué de rôle dans l'interdiction des Témoins de Jéhovah, a-t-il cependant assuré: "L'Eglise n'appelle pas de manière générale à poursuivre les hérétiques, les sectes ou les schismatiques".

"Ce genre de décision est prise par l'Etat non pas selon une doctrine mais parce que la secte est impliquée dans des activités extrémistes", a déclaré le responsable religieux.

- "Persécution religieuse" -

Craignant d'être arrêtés à leur tour, plusieurs milliers de Témoins de Jéhovah ont quitté la Russie. Au moins 200 d'entre eux sont partis en Finlande, pays frontalier de la Russie, selon Human Rights Watch.

"Les autorités doivent mettre fin à cette persécution religieuse des fidèles", a appelé Rachel Denber, en charge de l'Europe et de l'Asie centrale pour l'ONG, dans un communiqué. "Les Témoins de Jéhovah exercent simplement et pacifiquement leur droit à la liberté religieuse".

Aliona Vilitkévitch renchérit: "la Constitution russe proclame la liberté de conscience et le droit de transmettre aux autres ce à quoi je crois".

Son mari Anatoli a été assigné à résidence et attend désormais son procès. Le couple a fait appel auprès de la Cour suprême russe et de la Cour européenne des droits de l'homme.

"Je ne renoncerai pas à ma foi. Il s'agit de ma vie, de mes principes", martèle Mme Vilitkévitch. "Je ne peux pas vivre d'une autre façon."

Vos commentaires