En ce moment
 
 

En visite dans New Delhi asphyxiée, Merkel exhorte l'Inde à lutter contre la pollution

En visite dans New Delhi asphyxiée, Merkel exhorte l'Inde à lutter contre la pollution
La chancelière allemande Angela Merkel, en compagnie du Premier ministre indien Narendra Modi le 1er novembre 2019 lors d'une visite à New Delhi, qui a coïncidé avec grave épisode de pollution atmospPrakash SINGH

La chancelière allemande Angela Merkel, en visite dans une capitale indienne asphyxiée par une pollution extrême, a promis un milliard d'euros sur cinq ans pour des transports écologiques en Inde, et exhorté New Delhi à lutter contre un fléau responsable de centaines de milliers de décès prématurés.

La chancelière allemande est arrivée jeudi soir pour une visite à caractère économique dans une New Delhi "en état d'urgence sanitaire" en raison d'un pic de pollution atmosphérique alimenté notamment par les brulis agricoles.

L'Allemagne va s'engager à hauteur d'un milliard d'euros pour des projets de transports verts dans les villes indiennes sur les cinq prochaines années, a promis la chancelière dans un discours rapporté par la presse indienne samedi. "Ces bus diesel doivent être remplacés par des bus électriques, et quiconque a ressenti la pollution à Delhi a de très bons arguments pour plaider en faveur de ce remplacement", a ajouté Mme Merkel, l'une des premières responsables étrangères à s'exprimer publiquement sur le fléau de la pollution en Inde.

Mme Merkel a assisté vendredi à une parade en compagnie du Premier ministre Narendra Modi. Aucun des deux dirigeants ne portaient de masque malgré l'intensité du smog et les consignes sanitaires.

La qualité de l'air s'est fortement dégradée cette semaine dans la mégapole de vingt millions d'habitants, poussant un organisme de lutte contre la pollution à qualifier vendredi la situation d'"état d'urgence sanitaire" qui "aura des conséquences sanitaires néfastes sur tous, particulièrement nos enfants".

Ecoles et chantiers ont été fermés jusqu'à mardi. Les pétards sont interdits pour tout l'hiver.

Chaque année au début de l'hiver, une conjonction de facteurs naturels (froid, vents faibles...) et humains (brûlis agricoles, émissions industrielles et automobiles, feux pour se réchauffer...) transforme New Delhi en "chambre à gaz", une expression fréquemment utilisée par ses dirigeants.

En prévision de la saison de pollution, New Delhi avait banni l'utilisation de générateurs diesel et va appliquer, du 4 au 15 novembre, la circulation alternée. Le gouvernement local a aussi annoncé le mois dernier qu'il allait distribuer 5 millions de masques protecteurs aux écoliers.

En 2017, la pollution de l'air a causé 1,2 million de décès prématurés en Inde, selon l'estimation d'une étude parue l'année dernière dans la revue scientifique The Lancet.

Vos commentaires