En ce moment
 
 

Enfermé dans son propre corps, ses médecins veulent lui prélever ses organes: "J'avais très peur de subir une mort terrifiante" (vidéo)

 
 

En 2012, Jimi Fritze a été rapidement déclaré en état de mort cérébrale suite à un AVC en Suède. Mais l'homme était encore conscient. Il était présent pendant des discussions sur le prélèvement de ses organes.

En Suède, Jimi Fritze a fait un accident vasculaire cérébral (AVC) pendant ses vacances en 2012. L'homme de 43 ans était complètement paralysé. Il a été rapidement déclaré en état de mort cérébrale par les médecins. Mais Jimi était encore conscient. "Seuls mes yeux et mes oreilles fonctionnaient normalement. Les médecins ont analysé le scanner de mon cerveau. Ils ont expliqué à ma compagne qu'il n'y avait plus beaucoup d'espoir et qu'il ne me restait plus beaucoup de temps à vivre. Ma copine pleurait tout le temps mais je ne pouvais ni parler ni bouger. Je ne pouvais qu'entendre", a confié Jimi, enfin sorti de sa paralysie au Telegraph.

Un moment terrifiant

L'homme était présent lors d'une conversation entre les médecins et sa petite amie. Ceux-ci parlaient du prélèvement de ses organes. Jimi a tout entendu mais l'homme terrifié ne pouvait pas réagir. "Les médecins parlaient de donations, ils voulaient effectuer des tests sur mon foie et mes reins pour un don à d'autres patients. J'avais très peur de subir une mort terrifiante. Je craignais qu'ils m'incinèrent. Je me demandais si j'allais voir et sentir les flammes", a ajouté l'homme encore sous le choc.

Il porte plainte contre l'hôpital

Un autre médecin a sauvé la vie de Jimi. Le spécialiste s'est rendu compte de l'état réel du patient en examinant les résultats du scanner une fois de plus. Maintenant, son état de santé s'est amélioré. Il est à nouveau capable de parler et de bouger. Le miraculé a décidé de porter plainte contre l'hôpital afin d'empêcher que cette horrible situation puisse se reproduire un jour. Une enquête interne a été ouverte par l'établissement, selon le site Gentside.


 

Vos commentaires