En ce moment
 
 

Espagne: des supermarchés sanctionnés pour diffusion d'images compromettantes d'une élue

(Belga) L'agence espagnole de protection des données a imposé une amende de 150.000 euros aux supermarchés espagnols Eroski, pour la diffusion d'images de vidéosurveillance compromettantes pour une responsable politique, qui avait finalement démissionné.

La présidente conservatrice de la région de Madrid, Cristina Cifuentes du Parti Populaire, avait renoncé à son poste en avril 2018, emportée par les polémiques mettant en cause sa probité, notamment pour l'obtention d'un master. Mais le coup de grâce était venu de la diffusion de ces images de vidéosurveillance par le média de droite Okdiario dont l'identité de la source n'a jamais filtré. Ces vieilles images, datant de 2011, la montrait en train de vider son sac devant le vigile d'un supermarché Eroski pour restituer deux pots de crème pour le visage. L'affaire avait fait énormément de bruit et Cristina Cifuentes avait démissionné après s'être déclarée victime d'un "lynchage". L'agence de protection des données a estimé que Cecoca Hipermercados, propriété du groupe Eroski, avait "enfreint" deux articles de la loi de protection des données. Elle a reproché à cette société de supermarchés d'avoir stocké pendant des années des images de clients soupçonnés de vol à l'étalage - qui auraient dû être éliminées selon la législation - et d'en avoir fait un usage indu. La diffusion de la vidéo avait été durement critiquée, notamment par le dirigeant de gauche radicale Pablo Iglesias qui avait fait valoir que personne ne méritait "d'être détruit comme être humain" de cette façon. Eroski a immédiatement annoncé qu'il contesterait cette sanction, en assurant que son "protocole de sécurité avait été suivi scrupuleusement, conformément à la législation en vigueur en 2011". Le groupe a plaidé que "le service de vidéosurveillance était sous-traité à un tiers avec accès autorisé aux enregistrements". (Belga)

Vos commentaires