En ce moment
 

Espagne: excuses après le retrait d'une oeuvre d'art contemporain

(Belga) L'entreprise gérant le palais des congrès de Madrid accueillant la foire d'art contemporain ARCO a présenté jeudi des excuses après avoir demandé et obtenu le retrait d'une oeuvre consacrée aux "prisonniers politiques" catalans qui a suscité des accusations de censure.

"Nous présentons nos sincères excuses pour la controverse" entraînée par cette initiative, a déclaré Clemente Gonzalez, dirigeant de l'entreprise publique Ifema. La galerie n'a pas prévu d'exposer à nouveau l'oeuvre, a néanmoins déclaré une porte-parole. L'oeuvre retirée, une installation de 24 photographies de Santiago Sierra, s'intitule "Prisonniers politiques de l'Espagne contemporaine". Sur les images, on aperçoit notamment la photo pixellisée de l'ancien vice-président indépendantiste catalan Oriol Junqueras, incarcéré depuis plus de trois mois près de Madrid dans le cadre d'une enquête pour la tentative de sécession de la Catalogne en octobre. D'autres détenus catalans, dont les dirigeants de deux associations indépendantistes, apparaissent aussi sur ces images. Ifema avait demandé à la galerie Helga de Alvear de retirer l'oeuvre pour ne pas porter atteinte "à la visibilité de l'ensemble des contenus réunis par ARCOmadrid 2018". La galerie avait cédé et la polémique n'a fait que grandir, déclenchant une tempête de condamnations contre ce geste sans précédent à ARCO, qui en est à sa 37e édition. Pour marquer son mécontentement la maire de Madrid, Manuela Carmena, une ancienne juge de gauche, a même refusé d'inaugurer la foire. "Nous acceptons les critiques et nous avons compris que nous devons éviter à l'avenir toute circonstance de cette nature" a encore déclaré Clemente Gonzalez jeudi. L'installation de 24 photographies s'est vendue en quelques heures mercredi, pour 80.000 euros hors taxes. Santiago Sierra avait été le premier à dénoncer l'intervention d'Ifema, alors que les photos avaient selon lui "justement pour objectif de dénoncer le climat de persécution que souffrent les travailleurs du secteur culturel ces derniers temps". ARCOmadrid, principale foire d'art contemporain espagnole à laquelle participent 208 galeries issues de 29 pays, s'ouvre vendredi au public. (Belga)

Vos commentaires