Face-à-face à Berlin dimanche entre l'extrême droite et ses détracteurs

(Belga) La capitale allemande était le théâtre dimanche d'un face-à-face tendu entre un rassemblement d'extrême droite et de contre-manifestants déterminés à gêner leurs rivaux par tous les moyens, sous l'oeil d'un important dispositif policier.

A la mi-journée, une foule de manifestants du parti AfD, l'Alternative pour l'Allemagne marchait depuis la gare centrale de Berlin vers la porte de Brandebourg, reprenant en coeur les slogans favori de cette formation: la chancelière Angela "Merkel doit partir" ou encore "nous sommes le peuple". Après avoir annoncé 10.000 participants à la police, la direction du parti a revu ses ambitions cette semaine, disant compter sur 2.500 à 5.000 manifestants. Sur l'autre rive de la Spree, au pied du Reichstag, le siège de la chambre des députés, des milliers de militants syndicaux, simple berlinois et membres de associations ou de partis concurrençaient ce défilé de l'extrême droite. Ces derniers ont forcé le cortège de l'AfD à se détourner de son itinéraire original en bloquant un pont. Les militants d'extrême droite ont pu reprendre leur marche par un autre chemin. Ailleurs, la police a dit avoir dû recourir à du gaz irritant pour séparer certains manifestants. "La propagande nazie n'est pas un droit" ou "tout Berlin est contre l'AfD", scandaient aussi les milliers de contre-manifestants. Des navires anti-AfD, décorés de banderoles et de ballons se joignaient aussi au rassemblement, alors que des boîtes de nuit ont prévu de noyer les slogans d'extrême droite dans de la musique techno à l'aide de haut-parleurs embarqués dans des camionnettes et des bateaux. Par crainte de dérapages violents, quelque 2.000 agents des forces de l'ordre ont été réquisitionnés. (Belga)

Vos commentaires