En ce moment
 
 

Découvrez Lucía Caram, la "bonne sœur emmerdeuse" qui agite la politique espagnole

Découvrez Lucía Caram, la "bonne sœur emmerdeuse" qui agite la politique espagnole
Soeur Caram (Image Twitter)
 
 

Deux religieuses catholiques font polémique en Espagne en menant ouvertement campagne pour les indépendantistes catalans, l'une d'elles se définissant même comme une "bonne sœur emmerdeuse".

Soeur Teresa Forcades, une bénédictine, et Lucia Caram, une dominicaine originaire de Tucuman (Argentine) sont partout, en robe et coiffe de nonne: conférences, débats, entretiens, et même, s'agissant de Lucia Caram, une émission culinaire. Jeudi, cette dernière était d'ailleurs en photo à la Une du quotidien catalan La Vanguardia.


"Je suis ici pour exercer ma vocation de bonne sœur emmerdeuse"

"Je ne milite pour aucun parti. Je suis ici pour exercer ma vocation de bonne soeur emmerdeuse", a déclaré l'Argentine après avoir participé à une action de campagne aux côtés du président catalan Artur Mas mercredi, dont elle se dit "amoureuse", tout en se prononçant pour une Catalogne "libre et indépendante".


Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.





Sœur Forcades, une autre "drôle" de bonne soeur

Soeur Forcades, pour sa part, a créé il y a déjà un certain temps un parti anticapitaliste. Médecin de profession, elle s'est fait connaître lors de la crise de la grippe aviaire en dénonçant les laboratoires. Elle est ouvertement favorable aux préservatifs et défend le droit à l'avortement, des positions qu’elle partage avec sœur Caram. Récemment, elle a participé à plusieurs meetings indépendantistes.


Rappel à l’ordre de l’église

Autant de prises de position qui ont déplu à l'Eglise, selon le journal la Vanguardia, qui assure que la nonciature apostolique a lancé un rappel à l'ordre aux deux religieuses engagées. Contactée par l'AFP, la nonciature a cependant refusé tout commentaire.

Soeur Caram a elle assuré que des pressions ont été exercées par le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy, ce que le ministère de l'Intérieur a démenti. 


 

Vos commentaires