En ce moment
 
 

Finance verte: pré-accord européen sur une liste des investissements réellement durables

(Belga) Les négociateurs du Parlement européen et la présidence finlandaise du Conseil de l'UE sont parvenus jeudi à s'accorder sur une liste des investissements reconnus comme réellement durables, après plusieurs semaines de difficiles pourparlers.

"Nous avons un compromis sur la 'liste verte' des activités économiques durables. Un succès majeur en vue de la COP25 et pour notre stratégie de finance durable", a tweeté le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis. En l'absence d'un système européen de classification définissant ce qu'est une activité économique durable sur le plan environnemental ("taxinomie"), la Commission européenne avait avancé en mai 2018 une proposition de directives sur laquelle négociaient en trilogue le Parlement et la présidence finlandaise du Conseil des ministres de l'UE. "Nous avons créé la nouvelle grammaire pour verdir le marché financier", s'est réjoui l'eurodéputé français Pascal Canfin (Renew Europe), président de la commission environnement du Parlement européen. L'idée est de mieux orienter les investissements privés vers l'économie durable tout en évitant l'éco-blanchiment ("greenwashing"), à savoir la commercialisation de produits financiers indûment qualifiés de verts ou durables. L'accord prévoit davantage de transparence: les investisseurs pourront voir quel pourcentage de leur produit financier est réellement durable, a souligné l'eurodéputé néerlandais Bas Eickhout (Vert/ALE). Le compromis contient aussi une obligation de déclaration pour les produits non durables: si un produit financier ne figure pas sur cette liste européenne, il devra être signalé à l'investisseur, selon M. Eickhout. "Des règles garantiront que les investissements dans l'énergie nucléaire, le gaz et le charbon ne peuvent être considérés comme durables", ajoute le député, citant des secteurs défendus respectivement par la France, l'Allemagne et la Pologne. Le compromis demande aussi à la Commission européenne de présenter en 2021 une proposition définissant les investissements polluants. Il doit encore être avalisé par les représentants permanents des États membres puis approuvé par les co-législateurs (Parlement et Conseil). Le Fonds mondial pour la nature (WWF) s'est réjoui du compromis. "Le grand public a exprimé un soutien considérable en faveur d'une taxinomie forte et fondée sur des données scientifiques: plus de 120.000 personnes ont signé une pétition appelant à la fin du greenwashing", a réagi cette ONG. (Belga)

Vos commentaires