En ce moment
 

Guy Verhofstadt croit en un déblocage du Brexit cette semaine

Guy Verhofstadt croit en un déblocage du Brexit cette semaine

(Belga) Une sortie de l'impasse sur le Brexit pourrait survenir cette semaine encore à Londres, en faveur du maintien d'une union douanière entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, a affirmé dimanche Guy Verhofstadt, le référent du Parlement européen sur le Brexit.

"Je reste optimiste sur une possible percée pour une union douanière", a affirmé l'ancien Premier ministre belge sur le plateau de VTM. Alors que la Première ministre britannique Theresa May envisage de soumettre une quatrième fois l'accord de retrait aux députés qui l'ont déjà rejeté trois fois, ces derniers doivent tenter à partir de ce lundi de s'accorder sur un projet alternatif. Un scénario qui maintiendrait une union douanière entre le Royaume-Uni et l'Union européenne "résoudrait pas mal de problèmes", souligne M. Verhofstadt. "Nous éviterions un Brexit dur et résoudrions le problème de la frontière irlandaise". Le président des libéraux au Parlement européen n'ignore pas que le maintien d'une union douanière suscite l'opposition des partisans d'un Brexit dur, "mais l'on peut espérer pour la première fois un consensus transpartisan", a-t-il répété. "Actuellement, l'intérêt du parti est encore trop souvent placé avant celui du pays. Le Labour ne pense qu'au Labour et les conservateurs ne pensent qu'aux conservateurs. Le Brexit est devenu une arme pour toucher l'autre". Guy Verhofstadt assure que le scénario des votes répétés sur l'accord de retrait avait été préparé par le gouvernement May depuis des mois. "Ce scénario, c'est de dire 'on va attendre, ce sera rejeté, puis on va mettre la pression avec (la perspective du) no-deal', c'est une stratégie établie depuis le premier jour". Lui aussi membre du groupe de pilotage du Parlement européen sur le Brexit, l'Ecolo Philippe Lamberts considère que si les députés britanniques continuent de se montrer incapables de dégager une majorité, ils devront rendre la décision au peuple en autorisant un second référendum. Selon plusieurs quotidiens britanniques, Downing Street envisage de mettre les députés face à un choix: soit ils votent l'accord de Theresa May, soit ils se prononcent pour un projet alternatif qui recueillerait le soutien de nombreux députés lundi et pencherait pour un Brexit plus doux que le texte actuel. La cheffe du gouvernement espèrerait ainsi convaincre les eurosceptiques de son parti conservateur de voter pour son accord de retrait, qu'ils rejettent jusqu'à présent car ils considèrent qu'il ne coupe pas suffisamment les liens avec l'UE. Toutefois, Mme May devra envisager la possibilité d'accepter un Brexit plus doux si cette mesure est soutenue par le parlement cette semaine, a concédé le ministre de la Justice, David Gauke, cité dans "The Guardian". Près de trois ans après le référendum de juin 2016, qui avait vu le camp du "Leave" l'emporter à 52%, le Parlement reste très divisé et le sentiment de frustration domine dans la population. (Belga)

Vos commentaires