En ce moment
 
 

Halle, ville morte après l'assaut contre une synagogue

A découvrir

Des rues désertes, des transports en commun suspendus, une population sous le choc : la ville de Halle, dans l'est de l'Allemagne, se trouve en état de siège après une tentative d'assaut mercredi contre une synagogue qui a fait au moins deux morts et deux blessés graves le jour de Yom Kippour.

Des policiers lourdement équipés se sont déployés dans cette ville moyenne de 240.000 habitants de l'ancienne RDA, tandis que la population a été invitée à rester chez elle et à fermer portes et fenêtres.

Aux abords de la synagogue et du restaurant de kébabs visés par l'attaque, la population est encore sonnée.

La ville est manifestement passée tout près d'un carnage: entre 70 à 80 fidèles de confession juive se trouvaient dans l'édifice religieux pour célébrer Yom Kippour lors de l'assaut.

- Casque en acier -

"Nous avons vu à travers la caméra de notre synagogue qu'un agresseur lourdement armé, avec un casque en acier et un fusil, a tenté de pousser nos portes", a témoigné le président de la petite communauté juive de Halle, Max Privorotzki, dans le quotidien Stuttgarter Zeitung.

Le responsable, à la tête de cette communauté orthodoxe de 555 membres, célébrait la fête la plus importante du calendrier juif quand les tireurs, au moins deux personnes selon des images vidéo amateur de la scène qui circulent sur internet, ont tenté sans succès de pénétrer dans la synagogue du quartier Paulus.

"Nous avons barricadé les portes de l'intérieur et attendu la police", a poursuivi M. Privorotzki.

"En attendant, nous continuons à célébrer notre office religieux" dans le bâtiment à l'architecture mauresque, qui accueille de nombreux Juifs originaires de l'ex-Union soviétique, assure-t-il stoïque.

Décimée par la Shoah, la communauté juive d'Allemagne est en plein essor depuis l'arrivée au début des années 90 de nombreux juifs originaires de l'ex-empire soviétique.

Le ou les auteurs ont également tenté de tirer sur la porte du cimetière juif mitoyen.

Un restaurant turc de kébabs, situé à 600 m de la synagogue, a également été pris pour cible. Etait-ce prévu par les tireurs ou se sont-ils retournés contre ce local faute d'avoir pu entrer dans la synagogue?

Un client, Conrad Rössler, interrogé par la chaîne d'information n-tv, se trouvait à l'intérieur de l'établissement de restauration rapide quand un tireur "a jeté une grenade" sur le local.

- Grenade -

"La grenade s'est écrasée sur la porte et a explosé", a ajouté M. Rösler, encore tremblant.

"L'homme a ensuite tiré au moins une fois dans le magasin, l'homme qui était assis derrière moi a dû mourir. Je me suis caché dans les toilettes et j'ai verrouillé la porte", a-t-il raconté.

A Halle, à moins de 200 km au sud-ouest de Berlin, la circulation des tramways et des bus a été suspendue, tandis que les écoliers ont été renvoyés chez eux dans la ville voisine de Leipzig.

Dans plusieurs villes du pays, comme Leipzig, Dresde mais aussi Berlin et Francfort, la sécurité a été renforcée aux abords des synagogues et d'autres bâtiments de la communauté juive comme des écoles ou centres culturels.

Des mesures spéciales pour protéger les établissements juifs existent déjà depuis la fin de la Seconde guerre mondiale en Allemagne.

"Mes pensées et mes prières sont avec vous, mes chers Juifs", a tweeté le président du Conseil central des musulmans d'Allemagne, Aiman Mazyek.

Vos commentaires