En ce moment
 

Hand: le HBC Nantes arrive "à l'âge adulte", selon Anti

Hand: le HBC Nantes arrive
L'entraîneur du HBC Nantes Thierry Anti contre les Danois de Skjern, en Ligue des champions de hand, le 22 avril 2018, à la TrocardièreCHARLY TRIBALLEAU

Le HBC Nantes s'attend à une réaction de Skjern, dimanche, lors du quart de finale retour de Ligue des Champions de handball, mais fort de six buts d'avance (33-27), l'entraîneur Thierry Anti espère voir son équipe prouver qu'elle a atteint "l'âge adulte".

Q: Votre adversaire aura six buts à remonter, vous attendez vous à un début de match de feu de leur part ?

R: "On s'attend à ça, oui, bien sûr. C'est normal, quand on a 6 buts de retard, d'essayer d'entrée de match de mettre un gros rythme à la partie. Lors de la double confrontation contre Veszprem, chez eux, ils avaient commencé très fort le match parce que très vite ils ont mené de 6/7 buts. Après ils ont continué à jouer tout simplement. On n'a pas l'impression qu'ils sont en panique, on n'a pas l'impression qu'ils sont hyper-excités par l'enjeu, on a l'impression qu'ils ont décidé de jouer leur handball pendant 60 minutes et quoi qu'il se passe".

Q: Est ce qu'un tel avantage implique une gestion du chronomètre et du rythme du match différente ?

R: "Bien sûr qu'on doit contenir l'adversaire, mais si c'est un match offensif, il faudra qu'ils nous battent de sept buts (en raison de la règle des buts marqués à l'extérieur). C'est un petit truc qui peut-être important. C'est pour ça qu'on ne peut pas dire qu'on va casser le rythme et faire en sorte que ça soit un petit score. Il faudrait marquer à chaque fois sur attaque placée et se priver de jeu rapide et on pourrait prendre des contres ce qui est très dangereux. Je crois qu'il faudra, à certains moments du match, oui, travailler un peu plus notre temps d'attaque placée surtout. Notamment en fin de match. La dernière fois, deux fois on a pris les tirs trop vite. Et ça nous a peut-être coûté un but à l'arrivée, voire plus".

Q: Finalement le meilleur atout du "H", c'est sa confiance en lui ?

R: "C'est quelque chose qui s'est construit petit à petit. Au tout début, on voulait être digne de cette compétition, donc on s'était bien préparés pendant l'été pour dès le départ accrocher des résultats. Ce qu'on a fait d'ailleurs. Après on a pris un peu de confiance, on a vu qu'on pouvait rivaliser avec d'autres équipes et pourtant des fois à l'extérieur, on n'était pas rassurés, je vous assure. On a vu que ensemble on pouvait faire des choses intéressantes, mais quand tout le monde était bien concentré, quand tout le monde était bien discipliné. On a vu par moment sur certains match que si certains s'écartaient de cette rigueur, on pouvait être punis très vite. C'est aujourd'hui une vraie prise de conscience, c'est comme si l'équipe arrivait à l'âge adulte. Elle était en train de mûrir, après elle fait des essais, quelques erreurs et puis elle a appris de ses erreurs, et à partir de là les joueurs arrivent à se gérer correctement entre eux. On a jamais eu vraiment un trou en Ligue des Champions. Même quand on a perdu des matches".

Propos recueillis en conférence de presse

Vos commentaires