Hand: le PSG lance idéalement le grand week-end des clubs français

Hand: le PSG lance idéalement le grand week-end des clubs français
Le joueur du Paris SG Nikola Karabatic (derrière) lors de la réception de Kielce à Paris le 28 avril 2018ALAIN JOCARD

Le Paris SG a idéalement lancé le grand week-end des clubs français en se qualifiant pour la troisième fois d'affilée pour le Final Four de la Ligue des champions de handball aux dépens des Polonais de Kielce, dominés 35 à 32, samedi à Coubertin, en quarts de finale retour.

Trois clubs pourraient se hisser dans le dernier carré de la compétition-reine, un exploit inédit dans le sport français, si Nantes et Montpellier parvenaient à éliminer dimanche les Danois de Skjern et les Allemands de Flensbourg.

"Ca montrerait que le meilleur championnat au monde n'est peut-être plus en dehors de nos frontières", a commenté Nikola Karabatic.

Après leur large succès à l'extérieur, 34 à 28, les champions de France ne risquaient pas grand-chose face à une équipe qu'ils avaient déjà dominée trois fois cette saison.

Les Polonais ont créé un semblant de suspense en début de match en creusant un écart de trois buts (7-4), mais Paris a rapidement mis de l'ordre en passant un 7-2 à son adversaire grâce aux arrêts d'Omeyer (remplacé en deuxième mi-temps par l'Espagnol Rodrigo Corrales, excellent lui aussi) et au bras de Nedim Remili (meilleur buteur du match avec 9 buts, dont 6 en première période).

Menant de deux longueurs à la pause, le PSG n'a pas pour autant pu dérouler au retour des vestiaires, Kielce faisant souvent la course en tête, de deux buts au maximum. L'ambiance s'est tendue à plusieurs reprises entre les rivaux, mais la qualification parisienne n'a jamais été mise en doute.

- Au Final Four en favori -

"Ca peut tourner très vite, on le voit dans tous les sports. Au début du match, ils menaient de trois buts. Mais on n'a pas paniqué, on est restés nous-mêmes et on a joué dur en défense. On se qualifie avec la manière, après une grosse phase de poule et des quarts de finale d'un niveau incroyable. Car Kielce n'est pas une petite équipe, elle joue très bien, très agressif, tout le temps à la limite", a dit Karabatic.

Lors des deux éditions précédentes du Final Four, les coéquipiers de Nikola Karabatic avaient échoué en demi-finale contre cette même équipe de Kielce (2016) et en finale contre le Vardar Skopje (2017). "Le passé, ce n'est pas pour les sportifs", a tranché Karabatic, qui était dans l'équipe de Montpellier lorsqu'elle a remporté le seul titre européen du handball français en 2003.

"On a de la qualité dans le groupe, mais pour jouer deux matches en 24 heures à Cologne, il ne faut pas qu'on ait d'autres blessés", a ajouté la star, parlant de la fracture à la main de son frère Luka au match aller, qui pourrait le priver du Final Four.

Encore plus que les deux années précédentes, le PSG se présentera en Allemagne en favori. "L'année dernière, il y avait énormément de joueurs nouveaux dans l'équipe. On n'était pas beaucoup à avoir déjà connu le Final Four et encore moins à l'avoir gagné. On a tous engrangé un peu d'expérience et on y va clairement pour gagner", a affirmé dit Remili.

Vos commentaires