En ce moment
 

Hand: Nedim Remili (PSG): "les Nantais sont décomplexés face à nous"

Hand: Nedim Remili (PSG):
Le joueur du Paris SG Nedim Remili lors du match pour la 3e place face au HC Vardar en Ligue des champions à Cologne le 27 mai 2018Patrik STOLLARZ

Meilleur Parisien depuis le début de la saison, Nedim Remili sait qu'il retrouvera face à lui des Nantais "décomplexés", samedi à Coubertin en Ligue des champions de handball, quatre mois après la victoire retentissante du "H" en demi-finale du Final Four à Cologne.

Q: Quand on retrouve un club qui vous a infligé un grave échec, y a-t-il une envie de revanche?

R: "Je dirais que je m'en fiche! La saison passée, c'est la saison passée. Il ne faut plus y penser sinon ça va nous faire du mal. Ce qu'on sait, c'est que ça va être un match très dur, à l'image des Paris-Nantes depuis un long moment. Il y a toujours beaucoup d'agressivité, dans le sens handballistique. On a souvent gagné mais aussi souvent perdu. Ce sont de très bons joueurs, toutes les grandes écuries européennes le savent maintenant. Ils mettent beaucoup d'engagement face à nous, ils n'ont peur de rien, ils sont décomplexés. Ils tentent et ça leur réussit."

Q: Après l'échec au Trophée des champions, le PSG n'a plus perdu. Que pensez-vous de ce début de saison?

R: "On est où on voulait être. Même le match nul à Nîmes (en Starligue) ne fait pas tache car c'est compliqué là-bas. On a très vite rectifié le tir après le Trophée des champions. Nous avons changé d'entraîneur, ce qui signifie un changement de systèmes. Beaucoup de choses ont évolué. On n'est pas encore rodé mais on est sur le bon chemin. On se comprend de mieux en mieux avec le coach (l'Espagnol Raul Gonzalez, ndlr), qui d'ailleurs parle de mieux en mieux français."

Q: Vous venez de resigner avec le PSG jusqu'en 2022. Qu'est-ce qui vous a décidé?

R: "J'ai envie de continuer à grandir dans ce club. J'ai la confiance de tout le monde ici, du plus haut staff jusqu'au kiné. Je me sens comme chez moi. Je suis de Créteil, donc de la région. Je suis très proche de ma famille, de mon frère, de mes meilleurs amis. Ca me fait plaisir de partager ça avec eux à Coubertin. C'est aussi parce que le PSG est l'une des équipes les plus compétitives du monde. On cherche à être les meilleurs sur tous les tableaux. Je prends un plaisir énorme à jouer avec les meilleurs joueurs du monde, avec Niko (Karabatic), l'idole de toute une génération, avec des gens comme Titi (Omeyer) qui ont marqué leur époque."

Propos recueillis par François BONTOUX

Vos commentaires