En ce moment
 

Hand: occasion en or pour Nantes de voir le Final Four en Ligue des champions

Hand: occasion en or pour Nantes de voir le Final Four en Ligue des champions
Le gardien de l'équipe de France Cyril Dumoulin tente d'arrêter le tir du Danois Hans O. Lindberg (g) en Coupe d'Europe de handball, le 28 janvier 2018 à Zagreb-

Opposé dimanche (19h00) aux Danois de Skjern, autres invités surprises des quarts de finale de la Ligue des champions de handball, Nantes a une opportunité en or de s'inviter au Final Four, le gratin européen à Cologne (26-27 mai).

"On est prêts à mourir pour aller jouer à Cologne". Vendredi, le gardien nantais Cyril Dumoulin a donné la mesure de la motivation nantaise.

Passé en dix ans de la deuxième division à l'élite européenne, le HBC Nantes continue de surprendre et à se surprendre.

"On est dans une situation que, au début de la saison, honnêtement, on n'avait pas imaginée", admet l'entraîneur Thierry Anti.

Pour autant, le "H", qui visait une qualification pour le dernier carré de la C1 à l'horizon 2022, est prêt à sauter les étapes.

"Les joueurs et moi-même, on est trop content d'être là, mais on va pas se dire que l'objectif sera d'y revenir dans deux ou trois ans. Non. On est là aujourd'hui, on va croquer à fond dans cette chance qui nous est donnée", ajoute le coach.

Sur le papier, les Danois de Skjern semblent à la portée des violets et jaunes, sortis d'une des poules "hautes" - les plus relevées - en battant Barcelone (29-25) ou Skopje (27-26).

"On a prouvé en rivalisant sérieusement avec de grands clubs, tout en respectant nos adversaires, qu'on est capable de s'inviter à la fête", estime Anti qui refuse cependant l'étiquette de favori.

- Skjern tombeur de Veszprem -

"J'aimerais être favori, ça voudrait dire que je pense qu'on est supérieur à Skjern, mais je vous le dis, c'est du 50/50", assure l'entraîneur.

"Sortant des poules hautes, on a un léger statut de favori, mais Skjern recevant au retour, ça compense largement", abonde Dumoulin.

Il suffit de regarder le parcours de Skjern, tombeur du géant hongrois Veszprem (finaliste en 2015 et 2016 de la C1) au tour précédent, pour s'en convaincre.

"Skjern s'est qualifié grâce à la qualité de son jeu, la qualité de sa circulation de balle, une forme de bonne discipline et une forme... je ne veux pas dire d'insouciance, mais de sérénité", détaille Anti.

Le match aller sera déjà décisif entre deux équipes invaincues en C1 à domicile cette saison.

"Le danger c'est l'approche émotionnel de ce match. C'est exactement le genre de choses qui peut te faire perdre tes moyens en cours de match", juge Dumoulin qui semble à l'abri de cet écueil.

"Tu vas bouffer encore un peu plus de vidéos. Tu essayes de trouver l'équilibre entre sommeil et travail vidéo le soir", explique-t-il très sérieusement au sujet de sa préparation avant le match.

"Mais ça va, j'ai fini Casa Del Papel (une série très populaire sur Netflix, NDLR) je peux regarder les matches de Skjern tranquillement, maintenant", ajoute-t-il en rigolant à 48 heurs du match.

Vos commentaires