En ce moment
 
 

Il tue un goéland en le frappant contre un mur car il vole ses frites: il écope de 870 euros d'amende

Il tue un goéland en le frappant contre un mur car il vole ses frites: il écope de 870 euros d'amende
© RSPCA

John L. profitait d'un séjour à Weston-super-Mare, une ville côtière et station balnéaire dans le sud-ouest de l'Angleterre. Le vacancier âgé de 65 ans savourait un paquet de frites lorsqu'un  goéland s'est approché de lui. L'animal a voulu s'emparer de son repas et a renversé le paquet au sol.

Le sang de l'habitant de Cardiff n'a fait qu'un tour. Très énervé contre le goéland, le livreur à la retraite a attrapé l'oiseau par les pattes et l'a balancé contre le mur. La scène a eu lieu le 17 juillet en présence de nombreux témoins, dont des enfants horrifiés. Certains ont éclaté en sanglots.

Un des témoins a pris l'animal qui agonisait sur la promenade et l'a emmené chez un vétérinaire pour qu'il mette fin à ses jours. Cette espèce, en voie de disparition, est protégée au Royaume-Uni et il est illégal de les tuer, précise le Daily Mail.

Rachael Beer, a également assisté à ce moment. Elle travaille dans une confiserie en bord de mer. Elle a transmis les photos à la RSPCA (Society for the Prevention of Cruelty to Animals). "C'était une cruauté délibérée (...) l'homme a manifesté un mépris flagrant pour un animal parce qu'il était agacé", a explique Simon Evans, inspecteur de la RSPCA, au Daily Mail.

"J'ai entendu une des mères dire"Pourquoi as-tu fait cela devant mon enfant ? Et il a dit 'c'est de la vermine, vous devriez enseigner ce qu'est la vermine à vos enfants' (...) Je me suis approché de la mouette et j'ai pris une photo. J'ai dit "Pourquoi as-tu fait ça" et il a juste haussé les épaules et s'est éloigné", raconte-t-elle.

John a nié les accusations, mais face aux preuves, il a été reconnu coupable par un juge du tribunal de première instance de North Somerset. L'homme a dû payer une amende de 877 euros et une suramende compensatoire de 100 euros, qui a été versée dans un fonds général destiné aux autres victimes.

Vos commentaires