En ce moment
 

Italie: le gouvernement adopte des mesures pour l'emploi

Italie: le gouvernement adopte des mesures pour l'emploi
Le Premier ministre italien désigné Giuseppe Conte, le 23 mai 2018 à RomeVincenzo PINTO
Italie

Le gouvernement italien a adopté tard lundi soir des mesures visant à favoriser l'emploi dans la péninsule, rendant ainsi plus coûteux les licenciements ou sanctionnant les entreprises subventionnées qui délocalisent.

Le taux de chômage en Italie était de 10,7% en mai, largement supérieur à celui de la zone euro qui s'établissait à 8,4% le même mois.

Réuni tard lundi soir, le Conseil des ministres "a adopté un décret-loi introduisant des mesures urgentes pour la dignité des travailleurs et des entreprises", indique un communiqué.

Ces mesures visent notamment "à limiter l'utilisation des contrats à durée déterminée (CDD)".

Concrètement, il ne sera plus possible de dépasser les 2 ans en CDD (contre trois auparavant), même en invoquant des circonstances exceptionnelles. En outre les CDD se verront appliquer une charge de cotisations croissante de 0,5% à partir du 1er renouvellement pour 4 renouvellement maximum, contre 5 auparavant.

Les indemnités de licenciement "injuste" sont également augmentées de 50% et pourront atteindre les 36 mois de salaire.

Le décret-loi vise aussi "à préserver le niveau de l'emploi et à lutter contre les délocalisations des entreprises ayant reçu des aides de l'Etat", poursuit le communiqué.

Cela signifie que toute entreprise ayant reçu une aide quelconque de l'Etat sera tenue de rembourser de deux à quatre fois le montant de l'aide si elle délocalise dans un délai de 5 ans après l'obtention de cette aide.

Ces mesures, plus quelques autres comme l'interdiction de la publicité des jeux de hasard ou la simplification des règles fiscales, étaient fortement voulues par le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) qui en avait fait son cheval de bataille pendant la campagne électorale.

Les syndicats des entrepreneurs sont en revanche contre ces mesures: "un bon moyen pour décourager les embauches", a commenté Marco Bonometti, président de Confindustria, le syndicat du patronat, de Lombardie, la région la plus riche et développée d'Italie.

"Il vaut mieux un contrat à durée déterminée que pas de contrat du tout", a-t-il dit dans une interview au quotidien La Stampa.

Le décret-loi adopté lundi soir par le gouvernement doit être approuvé dans les 60 à 90 jours par le Parlement où il risque de subir des modifications.

Vos commentaires