En ce moment
 

Italie: manifestation pour relancer une gauche en déroute

Italie

(Belga) Le Parti démocrate (PD, centre gauche), en pleine déroute depuis son cuisant échec aux législatives italiennes de mars, a cherché dimanche à se relancer avec une manifestation à Rome, quatre mois après la victoire des antisystème et de l'extrême droite.

Des dizaines de milliers de partisans de ce parti de centre-gauche se sont retrouvés Piazza del Popolo, place du peuple, pour témoigner de "l'Italie qui n'a pas peur", selon une grande banderole déployée en arrière-plan de cette manifestation, la première depuis l'arrivée au pouvoir début juin à Rome du Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème) et de la Ligue (extrême droite). "Nous sommes en présence d'irresponsables et de bons à rien", s'est exclamé l'ancien secrétaire général du PD, et ex-Premier ministre Matteo Renzi, à l'adresse des dirigeants du premier gouvernement populiste dans un pays fondateur de l'Union européenne. Ils sont "obsédés par l'idée de trouver un ennemi plutôt qu'une solution", a lancé de son côté l'actuel secrtaire du PD, Maurizio Martina. Mais ce parti de centre gauche, héritier lointain du PCI, le parti communiste italien, peine également à trouver une solution à la longue descente aux enfers qu'il subit depuis 2014. Le PD, au pouvoir de 2013 à 2018, triomphait alors avec son jeune leader Matteo Renzi, rafflant 41% des votes aux électins européennes, ne laissant que des miettes à ses adversaires. Mais les défaites se sont ensuite succédées: en mai 2015 il perd la région de Ligurie et la municipalité de Venise, entre autres. En juin 2016, il prend une gifle: c'est Rome, la capitale, et une autre grande ville, Turin, qui passent au Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème), puis c'est l'échec retentissant, en décembre de la même année, au référendum constitutionnel rejeté par 59% des Italiens. Matteo Renzi démissionne, mais rien à faire. En juin 2017 le PD perd la ville de Gênes qu'il avait gouverné pendant des décennies, puis en novembre la Sicile, pour arriver au 4 mars 2018 et toucher le fond: 18,7% de voix recueillis, le minimum depuis l'existence du PD. "Et le risque existe qu'il descende encore plus bas. Nous vivons des temps mouvants, il est difficile de faire des prévisions", a déclaré à l'AFP Roberto D'Alimonte, directeur du département des Sciences politiques de l'université Luiss de Rome et du Centre italien d'études électorales (CISE). (Belga)

Vos commentaires