En ce moment
 

Jadon Sancho: quand l'Angleterre rêve de voir éclore son "Neymar"

Jadon Sancho: quand l'Angleterre rêve de voir éclore son
Le jeune milieu de terrain anglais Jadon Sancho,18 ans, en conférence de presse le 9 octobre 2018 Burton-on-Trent Paul ELLIS

Il a dix-huit ans, il explose cette saison avec Dortmund, et certains l'ont déjà comparé à Neymar! Jadon Sancho, la nouvelle perle de l'Angleterre, a connu sa première sélection contre la Croatie (0-0) et pourrait encore avoir plus de temps jeu en Espagne lundi.

Si le club allemand est actuellement seul en tête de la Bundesliga, il le doit pour une bonne part au jeune prodige natif de Londres et venu en 2017 de Manchester City, où il n'avait jamais joué en équipe première.

En arrivant à Dortmund en début de son saison, son entraîneur Lucien Favre a commencé à l'utiliser comme joker. En six apparitions, l'ailier gauche aux dribbles déroutants a marqué un but et surtout délivré six passes décisives, dont deux en quelques minutes lors du mémorable match contre Leverkusen, où Dortmund s'est imposé 4-2 après avoir été mené 2-0 à la pause.

Mais c'est en Ligue des champions que ce feu-follet a été titularisé pour les deux premières fois cette saison, pour deux victoires à Bruges (1-0) et contre Monaco (3-0). Il a rapidement pris la mesure de la compétition reine et de nouveau offert un but, celui de l'ouverture du score contre les Monégasques, à son équipier Jacob Bruun Larsen.

Et s'il n'a pas marqué samedi dernier lors du match d'anthologie contre Augsbourg (victoire 4-3), il a encore été l'un des hommes les plus en vue sur la pelouse, donnant notamment à Paco Alcacer le but de l'égalisation à 1-1.

- "Bon impact" -

Modeste, il a reconnu que sa position de "joker" avait pu le servir pour bien commencer l'année: "J'avais juste un petit peu plus d'énergie. Les autres étaient un peu fatigués et je suis entré pour les aider. Notre coach fait tourner, et c'est pour cela que nous sommes si forts".

Utilisé dans le même rôle pour ses premiers pas avec les "Trois Lions" contre la Croatie, il a fait admirer sa vitesse sur l'aile droite, se montrant dangereux à plusieurs reprises.

Verdict de Gareth Southgate: "Sancho a eu un très bon impact, on a vu beaucoup de choses."

Une phrase un peu lapidaire, mais qui valide le choix du jeune Anglais d'aller se faire les dents en Allemagne.

"Je suis très heureux d'avoir décidé de venir à Dortmund", admet-il "parce que tout ce qu'on m'avait dit s'avère vrai: cette ville respire le football comme aucune autre, et les jeunes joueurs ici ont du temps de jeu". A 17 ans, il avait quitté ManCity après avoir été écarté de la tournée estivale par Pep Guardiola, comprenant qu'il avait alors peu de chances d'intégrer le groupe pro.

Ses éducateurs ont pourtant vu depuis longtemps son potentiel: "Il pourrait être pour nous un joueur du profil de Neymar, tout aussi imprévisible", assure Dan Micciche, qui fut son coach en sélection nationale U16. "Il est brillant, le voir jouer est un plaisir, mais comme Neymar il est aussi très efficace".

- Se calmer -

L'an dernier, alors que le Borussia traversait une difficile saison de transition, il avait fait 12 apparitions en Bundesliga, dont sept fois comme titulaire. Mais il était encore en apprentissage et l'équipe n'avait pas l'équilibre qu'elle a retrouvé avec Favre.

Cette saison, même si Dortmund est par tradition un club formateur, s'imposer dans un effectif pléthorique, où même un Mario Götze est relégué sur le banc, n'avait rien d'évident.

Depuis août, le jeune Anglais a pourtant trouvé ses marques, à côté d'un Marco Reus qui rayonne de nouveau, à 29 ans, comme patron de l'attaque Noir et Jaune. "Nous avons une relation spéciale", dit Sancho de son aîné, "il lit mon jeu, je lis le sien, et il m'apprend beaucoup de choses. Au début je manquais de maturité avec le ballon, mais il m'a appris à me calmer et a simplement jouer mon football, ça m'a beaucoup aidé".

Reus n'a pas manqué de retourner le compliment, au temps pas si lointain où Sancho n'était qu'un joker: "Dès que nos adversaires se relâchent un peu et que Sancho entre en jeu, il devient à chaque fois une arme pour nous".

Vos commentaires