En ce moment
 
 

L'Europe à son tour accueille 2019

L'Europe à son tour accueille 2019
Russie

(Belga) Après l'Océanie et l'Asie, l'Europe a commencé elle aussi à accueillir 2019, à grands renforts de feux d'artifice et d'appels à l'unité et à la concorde, au terme d'une année tumultueuse.

Les célébrations du Nouvel An s'accompagnent parfois de mesures de sécurité exceptionnelles en raison des risques d'attentat ou de violences urbaines. La France fête ainsi le passage à la nouvelle année sous haute surveillance de crainte de débordements provoqués par des "gilets jaunes" dont la mobilisation a toutefois fortement décru ces derniers jours. Sur les Champs-Elysées, épicentre de la contestation ces dernières semaines, 300.000 personnes selon le ministère de l'Intérieur se sont rassemblées pour attendre les douze coups de minuit, dans une ambiance bon enfant. Seuls quelques dizaines de "gilets jaunes" étaient visibles dans la foule de touristes et badauds. Londres basculera dans la nouvelle année en célébrant sa relation avec l'Europe, au moment où les Britanniques sont extrêmement divisés sur le Brexit. Le feu d'artifice tiré sur le London Eye, qui devrait être suivi par 100.000 personnes, sera ainsi accompagné de musiques d'artistes d'Europe continentale. Pour son maire Sadiq Khan, il s'agit de montrer à l'Europe que Londres restera "ouverte d'esprit" et "tournée vers l'avenir" dans l'après-Brexit. Dans un message de Nouvel An, la Première ministre britannique Theresa May a appelé le Parlement à soutenir son accord sur le Brexit afin de permettre au Royaume-Uni de "franchir une nouvelle étape" et de surmonter ses divisions. La tour qui abrite Big Ben est en rénovation mais la fameuse horloge reprendra du service spécialement, pour sonner les douze coups de minuit. L'année 2018 a été particulièrement tumultueuse, avec notamment cette crise politique en Grande-Bretagne sur la sortie de l'Union européenne, prévue le 29 mars 2019. Le président Vladimir Poutine a invité les Russes, dans un message télévisé à travailler ensemble pour "améliorer le bien-être et la qualité de vie, afin que tous les citoyens de Russie ressentent des changements positifs dans l'année qui commence". "Nous devons être une équipe soudée et solide", a-t-il ajouté, tandis que des feux d'artifice éclataient dans le centre de Moscou enneigée. Le Nouvel An est célébré successivement à travers les neuf fuseaux horaires que compte le pays. Quelques heures plus tôt, le président chinois avait salué 2019 en promettant de poursuivre "le rythme des réformes" et d'ouvrir la Chine au reste du monde "encore et encore". Pour marquer le début de 2019, Sydney, la principale ville d'Australie, a déclenché le plus grand feu d'artifice jamais tiré au-dessus de son emblématique baie. Il a enflammé pendant 12 minutes le ciel pour le plus grand plaisir d'un million et demi de spectateurs, avec en arrière plan le célèbre opéra. A Hong Kong, des centaines de milliers de fêtards se sont massés sur les rives du port de Victoria pour un feu d'artifice de dix minutes, pour la coquette somme de 1,57 million d'euros. A Dubai, les feux d'artifice ont illuminé la tour la plus haute du monde, Burj Khalifa, tandis qu'un autre émirat du Golfe -- Ras al-Khaimah -- tentait de battre le record du "plus long spectacle pyrotechnique". Plutôt qu'un feu d'artifice, annulé par respect pour les victimes du tsunami dans la province de Banten, la capitale indonésienne Jakarta a choisi d'organiser le mariage d'un demi-millier de couples pauvres sous des tentes. La soirée du réveillon a été choisie afin que "le monde entier puisse célébrer leur mariage avec eux", a expliqué le gouverneur de la région, Anies Baswedan. A Saitama, au nord de Tokyo, un combat-spectacle très attendu a opposé la superstar américaine de la boxe Floyd Mayweather à un jeune champion japonais de kickboxing, Tenshin Nasukawa, qui n'a pas résisté très longtemps. "On s'est bien amusés", a commenté l'Américain. Les Japonais ont aussi plus traditionnellement afflué dans les temples pour débuter 2019 sous les meilleurs auspices. (Belga)

Vos commentaires